Suppression d'emplois chez Feldschloesschen

Ce sont essentiellement les cadres et la direction qui seront touchés. Keystone

Le groupe de boissons Feldschloesschen, repris l'an dernier par le brasseur danois Carlsberg, va supprimer 150 de ses 2400 emplois d'ici le printemps prochain. Il procédera à une quarantaine de licenciements. Ces mesures découlent de la simplification des structures internes et de la centralisation de certaines tâches décidées par le brasseur.

Ce contenu a été publié le 09 août 2001 - 12:20

Cette réduction de 6% des effectifs du groupe touchera essentiellement les cadres et la direction, a annoncé jeudi Feldschloesschen. Elle s'opérera en grande partie par le biais des fluctuations naturelles, des remplacements internes et des mises à la retraite anticipée.

Une quarantaine de licenciements seront cependant prononcés. Le personnel a été informé jeudi matin de ces mesures qui ne touchent pas la Brasserie Feldschloesschen. Les détails des nouvelles structures seront réglés ces prochaines semaines après avoir analysé l'ensemble de ses structures.

Une organisation trop décentralisée

Feldschloesschen est arrivé à la conclusion que l'organisation du groupe était trop décentralisée dans plusieurs secteurs et qu'il fallait rationaliser. Le groupe attend des mesures décidées, une amélioration significative de son efficacité et un accroissement durable de sa capacité concurrentielle.

Concrètement, les secteurs de la vente et de la logistique seront divisés et séparés en trois régions, alors que le nombre de zones de vente passera dans l'ensemble de la Suisse de 10 à 18.

Cette mesure entraînera la suppression de deux niveaux hiérarchiques, ce qui réduira d'autant le parcours décisionnel et permettra de déléguer davantage de compétences aux niveaux inférieurs.

La comptabilité, jusqu'alors effectuée par zone de vente et site de production, sera centralisée et effectuée à Rheinfelden et en partie, à Fribourg.

Pour conclure, Feldschloesschen décide de réduire son assortiment de bières, d'eaux minérales, de boissons sucrées, de vins et de spiritueux. L'accent sera mis désormais sur les boissons propres du groupe ainsi que sur les produits commerciaux "de notoriété nationale". Les articles secondaires produisant un chiffre d'affaires marginal seront retirés de l'assortiment.

swissinfo et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article