Suppressions d'emplois par milliers chez Swissair Group

Keystone

Le patron de Swissair Group Mario Corti, s'exprimant face aux syndicats lundi, a estimé à 9000 le nombre d'emplois du groupe supprimés dans le monde. Pour l'heure, on sait avec certitude que Gate Gourmet, une filiale du groupe active dans la restauration de bord, va licencier 420 personnes à Zurich d'ici à mars 2002.

Ce contenu a été publié le 08 octobre 2001 - 22:05

Mario Corti, qui a remercié les syndicats pour leur soutien au plan Crossair, a précisé que sur les 9000 emplois, 2560 concernent Swissair, dont 1750 postes en Suisse, comme annoncé la semaine passée.

Le nombre d'emplois supprimés au total «rejoint nos estimations initiales», a précisé Richard Dunkel, du syndicat PUSH (Personal Union Swissair Holding), présent lors de la rencontre. Le chiffre a été confirmé par le porte-parole de Swissair Group Siro Barino.

Gate Gourmet redimensionné

La filiale de Swissair Group en charge de la restauration de bord va licencier 420 personnes à Zurich d'ici à mars 2002. Cette mesure fait partie des 3000 suppressions d'emplois annoncées dans l'entreprise de catering le 24 septembre.

Dans le détail, 250 emplois fixes et 170 postes à temps partiels passeront à la trappe à Zurich. Cette mesure est qualifiée d'inévitable pour assurer l'avenir de la société, frappée de plein fouet par le recul du trafic aérien et la réduction de la flotte de Swissair.

Les lettres de licenciement seront envoyées dans le courant de la semaine. L'entreprise s'engage à venir en aide aux personnes concernées dans la recherche d'un nouvel emploi.

Gate Gourmet Zurich occupe actuellement 1245 collaborateurs, 80% avec un contrat fixe et 20% à titre temporaire. A l'échelle mondiale, la société - numéro deux mondial du catering - emploie 30 000 personnes, un effectif qu'elle entend réduire de 10%, ainsi qu'elle l'a annoncé fin septembre.

Swissair casse les prix

Swissair a continué à tourner au ralenti lundi. Un peu plus de la moitié (55%) des vols ont été effectués, aussi bien pour les passagers que pour le fret.

A court de liquidités, la compagnie a choisi d'assurer 250 vols durant la journée, dont 47 liaisons long-courriers. Sur ce total, 180 vols ont été effectués directement par Swissair et 70 en régie par Crossair, a annoncé le porte-parole Patrick Jeandrain.

Pour mardi, Swissair prévoit de garantir 184 vols, dont 49 long-courriers, auxquels doivent s'ajouter 74 vols effectués par Crossair, soit un total de 258. Cela correspond à 54% du programme d'un mardi normal. La compagnie doit présenter mardi son plan de vol définitif jusqu'au 28 octobre, date à laquelle Crossair devrait reprendre le flambeau.

Pour garantir un bon remplissage de ses avions, Swissair a lancé lundi une opération promotionnelle jusqu'à la fin du mois. Les billets sont désormais vendus à un prix unitaire de 300 francs pour les destinations européennes et de 800 francs pour les vols intercontinentaux.

Ces tarifs sont valables quelle que soit la destination, Japon excepté, à condition que le vol de retour soit effectué jusqu'au 27 octobre. En classe business, les prix sont de 800 francs pour les vols européens et de 3000 francs pour les liaisons intercontinentales. Il en coûte 7000 francs en première classe.

Fret à la peine

Le fret n'est pas épargné par les difficultés. A l'instar du trafic passagers, pas plus de 55% des transports de marchandises sont effectués. Les deux filiales de Swissair Group actives dans le secteur (Swisscargo pour la commercialisation du fret et Cargologic pour l'enregistrement) commencent à perdre des clients, selon le porte-parole Robert Cathomas.

Les employés du fret sont toujours dans l'incertitude, aucune information précise n'ayant filtré concernant la reprise de ce secteur par la nouvelle compagnie. Ensemble, Swisscargo et Cargologic occupent actuellement 1550 personnes et ont réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,5 milliard de francs.

Chez Crossair, le fret est quasiment inexistant: la division emploie sept personnes pour un chiffre d'affaires 2000 d'environ 10 millions de francs. L'importance des activités fret au sein de la nouvelle compagnie dépendra étroitement du nombre de vols long-courriers qui seront effectués, a précisé M. Cathomas.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article