Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sur le Népal, l'ONU suit la Suisse

Arrestation d'un manifestant à Katmandou par la police népalaise.

(Keystone)

A Genève, la Commission des droits de l'homme de l’ONU adopte une résolution sur le Népal présentée par la Suisse.

Le texte appelle le royaume himalayen à rétablir la démocratie et les libertés publique mises à mal depuis le coup de force du roi Gyanendra.

En prenant directement les commandes du Népal le 1er février dernier, le roi Gyanendra Bir Bikram Shah entendait intensifier sa lutte contre les rebelles maoïstes du CPN, en guerre contre Katmandou depuis neuf ans.

Rien d’étonnant donc que la résolution onusienne adoptée mercredi exprime sa vive préoccupation face au nombre croissant de victimes civiles causé par cette guerre.

Mais le texte dénonce également les sévices perpétrés par les forces de sécurité, les exécutions illégales, le déplacement forcé des populations, sans oublier les atteintes à l'intégrité physique et à la sécurité des dirigeants et des militants des partis politiques, des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme.

Les rebelles ne sont pas oubliés. La résolution «condamne énergiquement» les pratiques du parti communiste maoïste du Népal, notamment les exécutions sommaires, les actes de persécution, les tentatives de blocus des villes et l’enrôlement d’enfants dans les forces rebelles.

En conséquence, la résolution exhorte l’ensemble des belligérants à respecter le droit international humanitaire et invite le gouvernement à rétablir et protéger les libertés publiques

Collaboration du Népal

Et ça n’est pas tout. Le document demande à Katmandou de collaborer avec la Commission népalaise des droits de l'homme, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

La résolution reprend ainsi l'accord conclu le 10 avril entre le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme et le gouvernement népalais.

L'accord signé entre la Haut Commissaire Louise Arbour et le ministre népalais des Affaires étrangères Ramesh Nath Pandey prévoit que l'ONU installe immédiatement des bureaux à Katmandou et ailleurs dans le pays. Et ce pour contrôler le respect des droits de l'homme par les belligérants.

Le pari helvétique


Pour ce mandat, le Haut Commissariat doit recevoir un soutien - notamment financier – de la Suisse qui remporte un premier succès dans cette affaire.

Dès le début de la Commission des droits de l'homme, le 14 mars dernier, la diplomatie helvétique avait en effet brandi la menace d’une résolution beaucoup plus dure que celle adoptée mercredi.

Ce qui a permis d’obtenir l’accord entre Katmandou et le Haut commissariat des droits de l’homme.

La résolution de mercredi entérine donc cet accord et permet le déploiement d’observateurs onusien sur le territoire népalais. Par cette présence et la collaboration promise par le gouvernement népalais, la Suisse espère une amélioration effective des droits de l’homme au Népal.

Dans une année, les observateurs de l’ONU diront - devant la prochaine commission des droits de l’homme - si l’option helvétique a produit ses effets.

swissinfo avec les agences

Faits

Le Népal est un des pays les plus pauvres du monde, avec un revenu moyen de 274 francs suisses par habitant et par an (en 2002).

Le royaume est un des pays prioritaires de l’aide suisse au développement, qui y travaille depuis plus de 40 ans.

Suite au coup de force du 1er février, la Suisse a gelé la plupart de ses projets.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.