Navigation

Taïwan: une femme élue à la tête du Kuomintang

Ce contenu a été publié le 26 mars 2016 - 17:47
(Keystone-ATS)

Une femme dirige désormais le Kuomintang (KMT) à Taïwan. Ce parti nationaliste (opposition) n'avait pas voulu de Hung Hsiu-chu comme candidate à la présidentielle du 16 janvier après un tollé au début de sa campagne.

Favorable à une coopération avec la Chine continentale, Hung Hsiu-chu, ancienne enseignante, a obtenu 56% des suffrages samedi. Elle a battu trois autres candidats à l'élection à la direction du KMT, a annoncé une porte-parole du parti.

La victoire de Hung Hsiu-chu marque son retour sur le devant de la scène politique. Le KMT avait renoncé en octobre dernier à ce qu'elle soit sa candidate à la présidentielle en raison de gaffes commises durant sa campagne et du tollé soulevé par certaines de ses déclarations.

Le changement n'avait pas permis au Kuomintang de l'emporter lors de la présidentielle de la mi-janvier. Le remplaçant de Hung Hsiu-chu, Eric Chu, a été largement battu par la candidate du Parti démocrate progressiste, Tsai Ing-wen. Celle-ci entrera en fonctions en mai, succédant à Ma Ying-jeou, membre du Kuomintang, au pouvoir depuis 2008.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.