Tennis: Martina Hingis éliminée à Indian Wells

Martina Hingis a eu le tort d'accepter l'épreuve de force en fond de court. Keystone

La Suissesse, numéro un mondiale, a été sortie en demi-finale par Kim Clijsters (n° 14) qui a gagné la rencontre en trois sets, 6-2 2-6 6-1 en 1 h 11. C'est la première fois en quatre rencontres que la Belge s'impose devant Martina Hingis.

Ce contenu a été publié le 15 mars 2001 - 23:05

Dominée en puissance par une joueuse qui a pris tous les risques sur son coup droit, Martina Hingis a singulièrement manqué d'inspiration pour mériter un autre sort. Elle a été trop timorée.

Elle a eu le tort d'accepter l'épreuve de force en fond de court. Les statistiques démontrent parfaitement l'emprise exercée par Kim Clijsters. La Belge a réussi 21 coups gagnants contre 10 à Martina.

La Belge a, d'autre part, fait le bon choix en laissant très vite filer le deuxième set, qu'elle avait hypothéqué en concédant deux breaks d'entrée, pour attaquer la manche décisive pied au plancher.

Pourtant avertie du danger que pouvait représenter une joueuse qui, selon ses propres dires, «apprenait très vite», Martina Hingis a été incapable d'offrir une véritable réplique dans le troisième set.

Son apathie est difficilement compréhensible. Elle s'était qualifiée pour cette demi-finale sans pratiquement donner un seul coup de raquette. A défaut d'invoquer la fatigue, elle peut plaider l'effet de surprise. Jamais elle n'aurait imaginé que Kim Clijsters puisse taper dans la balle aussi fort et aussi longtemps que les soeurs Williams et Lindsay Davenport.

Martina Hingis a une semaine devant elle pour tirer les leçons de cette défaite. Dès le week-end prochain, elle a un titre à défendre à Miami, où elle s'était imposée en battant en finale Lindsay Davenport.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article