Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Toujours pas de croissance à l'horizon

Le CS ne voit pas d'amélioration pour le marché du travail.

(swissinfo.ch)

La confiance de l’économie helvétique continue de faire défaut. C’est au tour du Credit Suisse de corriger ses prévisions à la baisse.

Pour 2005, le CS révise ses pronostics de croissance pour l’économie de 1,3 % au lieu de 1,6 % précédemment.

Selon le numéro deux de la banque suisse, le produit intérieur brut (PIB) devrait gagner 1,3 % en 2005, contre 1,6 % lors de sa dernière estimation.

La morosité conjoncturelle dans les principales économies européennes est en cause, a expliqué le Credit Suisse dans son communiqué de vendredi.

Résultat, les exportations suisses devraient grimper de seulement 1,9 % cette année, alors qu'elles avaient joué un rôle de moteur l'an passé en progressant de 6,6 %.

Les prix élevés du pétrole et la faiblesse du dollar font aussi figure d'obstacles à une véritable croissance en Suisse, ont noté les économistes du numéro deux bancaire du pays.

Pas d'embellie pour l'emploi

L'économie suisse devrait quelque peu se reprendre vers la fin de l'année, selon la banque. L'embellie ne va toutefois pas se répercuter au niveau de l'emploi. Pour 2005, le Credit Suisse table sur un taux de chômage moyen de 3,8 %.

Le recul du taux de chômage de 4,1 % en janvier à 3,7 % en mai s'explique par des effets saisonniers et le Credit Suisse voit peu d'indices annonçant une détente sur le marché du travail.

La stagnation sur le front de l'emploi va rejaillir sur la consommation privée. La principale composante du PIB (quelque 60 % du total) ne devrait ainsi grignotter que 1,1 % cette année.

L'an passé, la demande de nouveaux logements a poussé le secteur de la construction. Mais 2005 s'avère différent et le Credit Suisse parle de saturation (hausse de 0,4 %). De même, les investissements en biens d'équipements ne devraient pas tirer leur épingle du jeu (+ 2,5 %) cette année.

Statu quo de la BNS

Le surplace de l'économie va pousser la Banque nationale suisse (BNS) à ne pas relever ses taux cette année, a estimé le Credit Suisse. La marge de fluctuation du taux Libor, le principal instrument de la BNS, est actuellement fixée à 0,25-1,25 %.

Avec une inflation inférieure à 2 %, la BNS ne voit actuellement pas de besoin d'agir. Pour 2005, le Credit Suisse s'attend à un renchérissement de 1 %.

Avant le Credit Suisse, plusieurs économistes ont revu leurs prévisions pour 2005. Le Secrétariat d'Etat à l'économie (seco) table sur une croissance du PIB de 1,5 %, l'UBS sur une hausse de 1,8 % et l'institut du BAK Basel Economics sur un gain de 1,3 %.

swissinfo et les agences

Faits

Prévisions de croissance du PIB:
CS: 1,3%
UBS: 1,8%
seco: 1,5%
BAK: 1,3%

Fin de l'infobox

En bref

- Le CS a revu ses prévisions pour 2005 de 1,6% à 1,3%.

- Le CS ne voit pas d'amélioration pour le marché du travail.

- Le CS impute cette situation à la morosité de la conjoncture, due elle-même à la hausse du prix du pétrole et à la baisse du dollar.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×