Tour d'Espagne: Zuelle assure dans la tempête

Beaucoup de chutes lors de cette étape, disputée sur des routes que la pluie avait transformé en patinoires. Keystone

Première étape de montagne pour la Vuelta, conditions météo épouvantables et belle victoire du jeune Espagnol Eladio Jimenez. Zuelle creuse son avance et Cipollini reste sur la touche, exclu avant le départ, pour agression contre un autre coureur.

Ce contenu a été publié le 30 août 2000 - 21:21

Le jeune Espagnol Eladio Jimenez (24 ans) - il n'a aucun lien de parenté avec son coéquipier, le grimpeur José Maria Jimenez - s'est imposé en solitaire au terme de cette 6e étape, Albacete - Xorret del Cati (152,3 km), premier rendez-vous avec la montagne de ce 55e Tour d'Espagne.

Une étape dantesque, en raison des conditions météorologiques (vent violent, orages) à l'issue de laquelle Alex Zuelle a conforté sa place de leader. Le Saint-Gallois (3e derrière Heras et à 9'' de son jeune équipier) a laissé Ullrich (8e) à 32'', Tonkov (12e) à 38'', Olano (18e) à 57'', ses compatriotes Dufaux (24e) à 1'02'', Camenzind (26e) à 1'14'' et Jeker (31e) à 1'32''. Vinokourov (62e) pointe à 2'49''!

Mieux qu'un long commentaire ces écarts, creusés lors des trois derniers kilomètres, démontrent l'empoignade à laquelle les leaders se sont livrés dans le final. Il est vrai que les dernières pentes conduisant au sommet du plateau d'Alto del Cati affichaient jusqu'à 18 pour cent!

Et c'est dans ce passage particulièrement dur que l'Italien Roscioli, zigzaguant sur la chaussée, en tête depuis 133 kilomètres (il compta jusqu'à 11'23''d'avance), fut rejoint, puis laissé sur place par Jimenez.

Une étape marquée par de très nombreuses chutes. Sous le mélange de la pluie et de la poussière, la route se transforma parfois en patinoire. Un seul abandon est toutefois à signaler, celui de l'Espagnol Gines Salmeron.

Quant à Cipollini, le tour est terminé pour lui. Avant même le départ d'Albacete le jury des commissaires a exclu l'Italien, pour avoir frappé au visage l'Espagnol Francisco Cerezo. Bilan: trois points de suture et une double exclusion pour "Super Mario": de la Vuelta et de son équipe Saeco.

Cette étape a également confirmé le propos de Javier Minguez, directeur sportif de «Vitalicio» à qui on demandait un pronostic au départ de Malaga. «Ullrich bien sûr, mais on va assister à la révélation de quelques jeunes».

L'autorité avec laquelle Jimenez a construit sa victoire confirme le propos. Quant à Alex Zuelle, il a démontré son autorité et son excellente forme au moment où de nouvelles questions se posent à l'encontre d'Ullrich, désormais 6e à 1'23'' du Suisse. Pour la deuxième fois l'Allemand a été mis en difficulté. Quant à Olano, autre favori, il reste 2e, mais accuse un retard de plus d'une minute (1'09'').

Pierre-Henri Bonvin



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article