Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tour d'Italie: Camenzind et Dufaux cèdent du terrain

L'Italien Gilberto Simoni (droite) coude à coude avec l'Espagnol Dario Frigo lors de la 13ème étape du Giro.

(Keystone)

La première grande étape de montagne dans les Dolomites a propulsé Gilberto Simoni en tête du classement général. Camenzind a pris part aux manoeuvres des «Lampre». Mais il a perdu un quart d'heure. Même constat d'échec pour Dufaux qui souffre d'une bronchite.

Le Tour d'Italie est entré dans le vif du sujet. Au sortir de la première étape des Dolomites - Montebelluna / Passo Pordoï (225 km) - qui a été remportée par le Mexicain Julio Perez Cuapio, l'Italien Dario Frigo a perdu son maillot rose. Désormais, le vainqueur du Tour de Romandie pointe à 45'' de son compatriote, le nouveau leader. Gilberto Simoni. , le nouveau leader.

Quant à Oscar Camenzind et Laurent Dufaux, les deux Suisses du peloton, ils sont rentrés dans le rang. Tombés dans l'anonymat du classement général, ils pointent désormais à plus d'un quart d'heure: le Schwytzois est 33e à 15'10'', le Vaudois 36e à 16'11''. Tous deux sont arrivés de concert, à près de quatorze minutes (13'55''), au sommet du Passo Pordoï, point de chute de cette 13e étape.

A l'arrivée, l'ancien champion du monde de Valkenburg (1998) explique: «Peu après le départ, j'ai tenté de me glisser dans une échappée. Mais bien placé au classement général, le peloton a réagi. Ensuite je me suis mis au service de mon leader Simoni. Au pied du col de la Fedaia j'ai assuré le rythme afin de provoquer une première sélection.

Pour Camenzind et ses équipiers l'objectif de la journée a été de propulser Simoni en tête du classement général. Le plus dure leur reste à faire au soir de cette première grande étape de montagne.

Cette manœuvre des «Lampre» a aussi précipité la fin des espoirs de Marco Pantani (Mercato Uno) et Stefano Garzelli (Mapei) de jouer les premiers rôles. Certes, tous deux souffrent d'une bronchite. C'est d'ailleurs le même type d'affection qui a également précipité Laurent Dufaux dans les «viennent ensuite».

Au sommet du Pordoï (2239 mètres) le grimpeur de la «Saeco» explique: «Dans la montée du troisième col, la Fedaia, une ascension de 15 kilomètres avec 1043 mètres de dénivellation, j'étais en manque d'oxygène». Que reste-t-il au citoyen d'Ollon qui a déjà essuyé un revers lors du Tour de Romandie ?

Une question d'autant plus importante que «Saeco» s'interroge sur l'orientation à donner à son équipe pour la saison prochaine. Pour sa part, Laurent Dufaux affirme vouloir encore courir deux saisons. Avant d'entrer dans l'organisation de Marc Biver qui chapeaute désormais le Tour de Romandie. «C'est une des portes qui s'ouvre pour l'avenir de Laurent», a d'ailleurs récemment confirmé le patron d'IMG Suisse.

Pierre-Henri Bonvin

×