Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tour de Suisse: Armstrong en tête

Lance Armstrong déjà sur le chemin de la victoire finale...

(Keystone)

Pas de surprise, à Crans/Montana. A l'issue d'un contre-la-montre en côte, l'Américain Lance Armstrong a enlevé l'étape et le maillot jaune. Quant à Beat Zberg, il a gagné un rang. Il faut encore relever la performance de Daniel Atienza, le petit Espagnol de Moudon, et celle du Neuchâtelois Steve Zampieri.

Il est venu, il a vu, il a vaincu. Avec panache, ajouterons-nous. Lance Armstrong a remporté la 8e étape du Tour de Suisse, un contre-la-montre en côte de 25,100 km entre Sion et Crans/Montana. Sur sa lancée il a revêtu le maillot jaune de leader. Qu'il conservera probablement jusqu'à Lausanne, jeudi. Il deviendra de fait le deuxième Américain, après Andrew Hampsten (1986 et 1987), à graver son nom au palmarès.

Mardi, il n'a laissé que des miettes à ses adversaires. Les chiffres sont implacables: Gilberto Simoni, le vainqueur du Giro, cède 1'25''; Tyler Hamilton, coéquipier du Texan, 1'26''; l'Allemand Georg Totschnig 1'33'', Wladimir, l'ancien maillot jaune, 1'58''...

Or, à l'heure du bilan, il convient de mettre en exergue l'excellent comportement de Daniel Atienza (7e à 2'17'') et de Steve Zampieri (10e à 2'47''). Une fois encore Daniel Atienza s'est mis en évidence. Il est passé la ligne d'arrivée physiquement très éprouvé. «Souvent je me suis trouvé au-dessus de mon seuil d'aérobie», affirme l'Espagnol.

Quant à Zampieri, le petit grimpeur de «Post Swiss Team», il est le premier surpris de sa performance: «Avant le départ j'étais sur le point d'abandonner, tant j'ai mal dormi. Je suis allé rouler pour me débloquer les jambes et je n'ai pas adopté un rythme trop élevé dans la partie roulante de la route. Les sensations me sont revenues dès l'abord de la pente. Je suis revenu sur un, puis deux, trois coureurs... Ce qui m'a motivé. De plus, j'ai fini très fort...».

Entre le petit Espagnol de Moudon et le Neuchâtelois est venu s'intercaler Beat Zberg (9e à 2'40''). Dans la brutalité des chiffres, il a progressé d'un rang au classement général: cinquième, il précède le Kazakh Vinokourov... d'une seconde!

Une bien maigre consolation pour l'Uranais dont l'erreur (monumentale?) a été de monter une roue lenticulaire à l'arrière. Une erreur? Il élude la question. Et se contente de relever: «Lors du passage du secteur plat de la route à la montée, j'ai eu de la peine à trouver mon rythme. En particulier lorsque le pourcentage de la pente augmentait. Renseigné sur mes temps, je n'ai pas voulu me mettre dans le rouge. Je savais que je pouvais gagner une place...». Elle a tenu à un fil!

Mercredi le peloton a rendez-vous avec sa dernière grosse difficulté, le col des Mosses (1445 m). Placé à 90 kilomètres de l'arrivée, il ne devrait pas influencer l'issue d'une étape sur laquelle les sprinters vont jeter leur dévolu, au terme des 166,800 kilomètres séparant Sion de Lausanne.

Pierre-Henri Bonvin, Crans/Montana


Liens

×