Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les affrontements se sont poursuivis lundi au cours de la cinquième journée consécutive d'affrontements entre policiers égyptiens et manifestants au Caire. Un homme a été tué, portant à 13 le nombre de décès depuis le début des violences provoquées par le drame de Port-Saïd.

Les manifestants et des commentateurs accusent des partisans de l'ancien président Hosni Moubarak d'avoir provoqué les violences de mercredi soir à Port-Saïd. Septante-quatre personnes avaient trouvé la mort à l'issue d'un match de football.

Les affrontements, qui s'étaient poursuivis durant la nuit de dimanche à lundi avant de s'interrompre dans la matinée, ont repris en début d'après-midi, avec des échanges de jets de pierres entre forces de l'ordre et protestataires. Selon des témoins, la police a tiré à la chevrotine contre les manifestants dans des rues proches de la place Tahrir.

Ces manifestations ont relancé la contestation contre le pouvoir militaire, à la tête du pays depuis le départ de M. Moubarak sous la pression de la rue le 11 février 2011. Le Parlement a consacré ses débats de lundi aux violences, et plusieurs députés ont été envoyés sur place pour enquêter.

ATS