Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues en France, en Suisse et à l'étranger pour rendre hommage aux victimes de l'attaque contre "Charlie Hebdo". A Paris, un rassemblement s'est déroulé place de la République, non loin du siège de l'hebdomadaire satirique.

Au moins 35'000 personnes se sont rassemblées dans la capitale, à l'appel de plusieurs syndicats, associations, médias et partis politiques. Certaines arboraient un autocollant noir "Je suis Charlie". Un slogan de solidarité envers les victimes qui circulait également sur les réseaux sociaux.

Parmi les pancartes, on pouvait lire "Charb mort libre", hommage au dessinateur et directeur de Charlie Hebdo, décédé dans la tuerie avec trois caricaturistes vedettes de la publication (Cabu, Tignous et Wolinski).

"Un acte de guerre"

"C'est dramatique que ces gens soient assassinés. Demain, les gens ne pourront plus parler. Nous devons être des milliers à sortir dans la rue", a déclaré une manifestante d'une cinquantaine d'années qui arborait le dernier numéro de "Charlie", publié mercredi."La liberté de la presse n'a pas de prix", soulignait une autre pancarte.

Philippe Val, ex-patron de Charlie Hebdo, a appelé tous les journaux à adopter jeudi le nom de l'hebdomadaire satirique pour montrer "qu'on n'est pas d'accord avec ça, que jamais on ne laissera le rire s'éteindre". "La démocratie c'est quand même ça qui est en jeu: c'est un acte de guerre", a-t-il ajouté.

Au total, des rassemblements étaient annoncés dans une quarantaine de villes de l'Hexagone. Ils ont notamment réuni 15'000 personnes à Lyon et 10'000 à Toulouse.

Rassemblements en Suisse

Des hommages ont également eu lieu en Suisse. A Genève, quelque 500 personnes se sont réunies à Uni-Mail pour dénoncer une attaque contre la liberté de la presse et des valeurs démocratiques. De nombreux journalistes étaient présents.

Même mobilisation à Lausanne. Parmi le demi-millier de personnes présentes sur la place de la Riponne figuraient plusieurs membres du gouvernement vaudois, dont son président Pierre-Yves Maillard et les conseillères d'Etat Béatrice Métraux et Nuria Gorrite. "On est là par solidarité pour les victimes et pour défendre la liberté d'expression", a lancé cette dernière.

A Berne, quelque 200 personnes, dont de nombreux journalistes, se sont rassemblées en début de soirée sur la Place fédérale en signe de solidarité. Le rassemblement a été initié par les syndicats des médias Impressum et SSM.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS