Toute l'actu en bref

Emmanuel Macron a accusé Marine Le Pen de propager des "fausses annonces et mensonges" émanant de "sites pour certains liés à des intérêts russes" (archives).

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire après la plainte d'Emmanuel Macron contre la diffusion jeudi soir sur internet de documents censés démontrer qu'il possédait un compte aux Bahamas, a indiqué une source judiciaire.

Cette enquête pour divulgation de fausse nouvelle en vue de "surprendre ou détourner les suffrages, faux, usage de faux, recel de faux" a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a-t-on précisé.

Le parquet de Paris avait auparavant annoncé que le candidat d'En Marche ! avait porté plainte contre X pour faux, usage de faux et diffusion de fausses nouvelles à la suite d'allégations diffusées sur les réseaux sociaux et évoquées par Marine Le Pen lui attribuant un compte dans un paradis fiscal.

Cette accusation a été reprise par Marine Le Pen lors du débat télévisé d'entre-deux-tours: "J'espère que l'on n'apprendra pas que vous avez un compte offshore aux Bahamas", avait-elle lancé mercredi soir à son adversaire.

Au même moment, des comptes Twitter réputés proches des militants pro-Donald Trump ou liés à la Russie diffusaient des messages prétendant pointer vers des documents accusant l'ex-ministre de l'Economie d'"évasion fiscale".

Jeudi matin, l'ancien ministre avait accusé Mme Le Pen de propager des "fausses annonces et mensonges" émanant de "sites pour certains liés à des intérêts russes". La candidate d'extrême droite, qui avait été reçue avant le premier tour par Vladimir Poutine au Kremlin, a reconnu jeudi matin ne pas "avoir de preuve".

ATS

 Toute l'actu en bref