Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Arabie saoudite s'ouvre de plus en plus et a notamment acceuilli un festival de Jazz à Ryad (archives).

KEYSTONE/EPA/AMEL PAIN

(sda-ats)

"Interdit de danser ou de se trémousser": cette consigne écrite figure sur les billets d'entrée d'un prochain concert d'une pop star égyptienne en Arabie saoudite. Elle a suscité la risée de nombreux internautes.

Ce concert sera donné le 30 mars par le chanteur égyptien Thamer Hosny à Jeddah, la grande ville de l'ouest saoudien située sur la mer Rouge. "Mesdames et messieurs, veuillez attacher vos ceintures", a ironisé un utilisateur de Twitter. "Les couloirs et les sièges seront équipés de détecteurs. Quiconque songe à se trémousser sera expulsé", a-t-il ajouté.

"Ne pas danser et ne pas se trémousser en concert, c'est comme mettre de la glace au soleil et lui demander de ne pas fondre", peut-on lire sur un autre tweet.

L'Arabie saoudite s'ouvre de plus en plus sous l'impulsion du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane. Le pays a accueilli ces derniers mois une série de concerts d'artistes tels que la Libanaise Hiba Tawaji et le compositeur grec Yanni.

Lors de certaines représentations, des hommes et des femmes ont dansé ensemble, provoquant des scènes inimaginables il n'y a pas si longtemps. À l'heure actuelle, les Saoudiens dépensent des milliards de dollars chaque année pour aller voir des films et visiter des parcs de loisirs dans des centres touristiques voisins comme Dubaï.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS