Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stan Wawrinka était forcément déçu après sa lourde défaite subie en demi-finale de l'US Open. "Je suis déçu de ne pas avoir évolué au niveau que je voulais", lâchait-il.

"Mais il n'y a pas grand-chose à redire sur le match. Il y avait une énorme différence entre son niveau de jeu moyen et le mien. Il était simplement trop fort", soulignait-il. "Je dois essayer d'être agressif, d'imposer une grosse cadence face à lui. Je sais que j'en suis capable. Mais aujourd'hui (réd: vendredi), je n'y suis pas parvenu. Je n'ai pas bien servi (réd: 39% de premières balles passées), et du coup c'était du 50/50 quand l'échange commençait en fond de court", poursuivait-il.

"Il n'y a pas eu le combat que je cherchais. Je n'ai jamais réussi à le faire reculer", regrettait Stan Wawrinka, qui tenait avant tout à relever les mérites de Roger Federer. "Il est clair qu'il est très proche de son tout meilleur niveau. Je ne l'ai pas vu joué aussi bien depuis des années. Il sert mieux que jamais, et j'ai d'ailleurs eu beaucoup de peine à lire son service. Il reste beaucoup plus collé à sa ligne. Par exemple, lors de notre demi-finale du Masters de Londres (réd: perdue 7-6 au troisième set par le Vaudois l'an dernier), il restait plus en fond de court. Maintenant, même quand il est sur la défensive il cherche à ne pas reculer", analysait-il.

Le match aurait-il pu épouser un scénario différent s'il avait converti la balle de break dont il a bénéficié à 1-0 dans le premier set? "Peut-être que oui, et peut-être que non", glissait le champion de Roland-Garros. Mais il est clair que le fait d'avoir concédé le premier break a rendu ma tâche plus difficile. Une fois qu'il a pris les devants, il évolue de manière encore plus relâchée. J'ai tout essayé, mais je n'ai jamais réussi à jouer un tennis agressif", répétait-il.

Stan Wawrinka tirait un bilan positif de sa quinzaine new-yorkaise malgré cette sèche défaite. "Vu que je ne me suis jamais senti sur le court comme je l'aurais souhaité, une demi-finale constitue un résultat incroyable", expliquait le champion de Roland-Garros, qui s'était pourtant senti "mieux que d'habitude avant le début du match". Il peut par ailleurs se réjouir d'avoir déjà sa qualification pour le Masters de Londres en poche. "C'est une très bonne surprise. C'était mon objectif en début de saison, et c'est génial d'être déjà qualifié en septembre", se félicitait-il.

Roger Federer estimait également que le match aurait pu prendre une autre tournure si Stan Wawrinka avait converti sa première balle de break. "Je l'avais un peu oubliée, car j'ai surtout repensé aux trois balles de break consécutives que j'ai sauvées alors que je menais 3-2", concédait-il. "Mais cela aurait pu tout changer. Je cherchais encore mon rythme, et ne frappais pas encore de bonnes premières balles de service. J'ai senti que Stan retournait comme il l'avait fait à Roland-Garros", où le Vaudois avait battu le Bâlois en trois sets en quart de finale.

"Je savais qu'il allait chercher à mettre beaucoup de cadence à l'échange dans les cinq ou six premiers jeux. Mon but était de survivre en début de partie, puis de m'installer peu à peu et de me procurer ensuite des occasions", expliquait l'homme aux 17 titres du Grand Chelem. "Tout a très vite tourné comme je le souhaitais", soulignait-il.

ATS