Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français a assuré dimanche soir que les Etats-Unis comptaient rester "dans la durée" en Syrie. La réponse de la Maison Blanche est tombée quelques heures plus tard: "la mission américaine en Syrie n'a pas changé", le retour des forces est toujours prévu "dès que possible" (archives).

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Donald Trump souhaite toujours rapatrier aussi vite que possible les forces américaines déployées en Syrie, a précisé dimanche la Maison Blanche. Ces propos contredisent ceux énoncés quelques heures auparavant par le président français Emmanuel Macron.

"La mission américaine n'a pas changé. Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible", affirme dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Dans un entretien diffusé sur la télévision BFM, la radio RMC et le site Mediapart dimanche soir, Emmanuel Macron a notamment déclaré avoir convaincu son homologue américain de ne pas retirer ses troupes de Syrie et de limiter les frappes.

"Il y a 10 jours, le président Trump disait que les Etats-Unis d'Amérique avaient vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (...), je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", avait-il affirmé.

Le président français avait aussi assuré que les partenaires occidentaux ont "regagné de la crédibilité au regard des Russes" après les récentes frappes menées par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France en représailles à une attaque chimique présumée sur Douma, imputée au régime de Damas.

"Responsabilité accrue" des alliés

Dans son communiqué, Sarah Sanders ajoute: "Nous sommes déterminés à écraser totalement l'EI et à créer les conditions qui empêcheront son retour. En outre, nous attendons de nos alliés et partenaires régionaux qu'ils prennent une responsabilité accrue, à la fois militairement et financièrement pour sécuriser la région."

Lors de son adresse à la nation annonçant le déclenchement des frappes coordonnées contre la Syrie menées par les forces américaines, françaises et britanniques, le 45e président des Etats-Unis a souligné dans la nuit de vendredi à samedi que "l'Amérique n'aspire en aucun cas à une présence illimitée en Syrie".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS