Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le dernier match 2011 au Parc St-Jacques sera bien "le" match de l'année. Ce mercredi, le FC Bâle peut écrire la plus belle page de son histoire.
Neuf ans après un nul contre Liverpool (3-3) qui lui avait permis de figurer parmi les seize meilleures équipes du continent, le FCB peut à nouveau franchir le cap de la phase de poules de la Ligue des Champions. Une victoire face à Manchester United qualifiera, en effet, la formation de Heiko Vogel pour les huitièmes de finale. Les Anglais n'auraient, alors, plus que les yeux pour pleurer.
Victorieux de la Ligue des Champions en 2008 face à Chelsea et finaliste malheureux en 2009 et 2011 contre le FC Barcelone, Manchester United n'a été éliminé qu'à une seule reprise depuis l'instauration de la formule avec trente-deux équipes en 1999. En 2005, les Red Devils avaient été devancés par Benfica et Villarreal. Les Mancuniens se retrouvent dans cette situation rare de "jouer leur peau" dans un sixième match en raison de leur incapacité à battre Benfica (1-1 et 2-2) et Bâle (3-3).
Tout le monde conserve le souvenir du scénario complètement fou du match aller du 27 septembre à Old Trafford. Menés 2-0, les Rhénans avaient renversé la situation en l'espace de 16 minutes sur un doublé d'Alex Frei et une réussite de Fabian Frei avant de concéder l'égalisation à la 90e sur une tête d'Ashley Young.
Ces trois buts inscrits par les Rhénans dans le "théâtre des rêves", Sir Alex Ferguson ne les a pas oubliés. L'Ecossais mesure parfaitement le danger que guette son équipe au Parc St-Jacques. La classe d'Alex Frei, la douce euphorie dans laquelle baigne Marco Streller depuis quelques semaines et la rage de vaincre d'un Xherdan Shaqiri qui avait été suspendu à Old Trafford et qui jouera peut-être son dernier match au Parc St-Jacques sous les couleurs du FCB peuvent transcender son adversaire. Bâle sera toutefois privé de Benjamin Huggel, blessé à un mollet.
Il y a neuf ans, Sir Alex et ses Mancuniens avaient déjà vécu une soirée difficile au Parc St-Jacques. Menés au score dès les premières secondes de jeu sur un but de Gimenez, ils n'avaient dû qu'à la classe de Ruud Van Nistelrooy et aussi à la naïveté de Pascal Zuberbühler de s'imposer 3-1.

ATS