Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

"Les coups d'Etat et Francophonie sont désormais incompatibles"

Berne - La présidente de la Confédération Doris Leuthard a donné samedi le coup d'envoi du XIIIe sommet de la Francophonie à Montreux (VD). Elle appelé les quelques 60 délégations présentes à avoir "le courage de prendre des engagements forts, concrets, mesurables".
Dans son discours d'ouverture devant les chefs d'Etat et de délégations, Doris Leuthard a invité les délégations à réfléchir comment l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pouvait peser sur des groupes tels que le G8 ou le G20, sur les dossiers de la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU ou les Objectifs du Millénaire pour le développement, ainsi que sur la conférence de Cancun sur le climat, en décembre.
Doris Leuthard s'est aussi félicité du fait que, depuis les engagements politiques de Bamako en 2000, "coups d'Etat et Francophonie sont désormais incompatibles". Elle a appelé "à une restauration rapide de l'Etat de droit dans les pays suspendus" de l'OIF, soit la Guinée et Madagascar.
Soutien à Haïti
Le premier ministre canadien Stephen Harper a ensuite chaleureusement remercié la Suisse d'avoir su organiser ce sommet en quelques mois, suite à la suspension de Madagascar. Avant de passer le flambeau de la présidence du sommet, M. Harper a évoqué la dernière rencontre à Québec en 2008, alors dominée par la crise économique mondiale naissante.
"Personne ne pensait alors qu'un des nos amis, Haïti, serait aussi durement frappé" par un séisme dévastateur, le 12 janvier, a-t-il rappelé. Soulignant le rôle de l'OIF sur le terrain, M. Harper a exprimé son soutien à la cheffe de la délégation haïtienne: "Vos amis francophones ne vous laisseront jamais tomber", a-t-il lancé, sous les applaudissements de la salle.
Sarkozy s'enflamme
Le président français Nicolas Sarkozy a, lui, prononcé un long discours enflammé, parsemé de pointes d'humour. Définissant la langue comme "le premier capital que chaque être humain reçoit", le président a exhorté à lutter contre le monolinguisme, voire "l'applatissement".
En prévision des sommets du G8 et du G20, dont la France assurera la présidence l'an prochain, Nicolas Sarkozy a lancé un appel au "changement" dans la gouvernance politique et économique mondiale. Il a dénoncé les dérives du système monétaire international et la "volatilité extraordinaire" du prix des matières premières.
M. Sarkozy a également rendu hommage au secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Abdou Diouf, saluant "son autorité sur la scène mondiale".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.