Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"La Russie promet d'abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs", écrit Donald Trump sur Twitter.

KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO

(sda-ats)

Donald Trump a prévenu la Russie mercredi d'une intervention militaire imminente en Syrie après l'attaque au gaz toxique, imputée à Damas, contre la ville rebelle de Douma, dans la Ghouta. Pour Moscou, cette attaque a été "mise en scène" par les Casques blancs.

En annonçant une intervention, le président étasunien répondait aux avertissements de Moscou, qui avait prévenu Washington que tout missile tiré contre la Syrie serait abattu et que les sites de lancement seraient détruits.

"La Russie promet d'abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs(...), écrit Donald Trump sur Twitter. "Vous ne devriez pas être les partenaires d'un animal qui tue son peuple avec des gaz et s'en réjouit!" poursuit-il, faisant allusion au président syrien, Bachar al Assad.

Moins d'une heure après avoir averti Moscou de l'imminence de frappes américaines, Donald Trump a proposé de contribuer à la relance de l'économie russe et de mettre un terme à ce qu'il appelle une "course aux armements".

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi aux propos du président étasunien, estimant que les missiles américains devraient viser les terroristes plutôt que le gouvernement syrien.

L'armée syrienne évacue ses bases

Pour Maria Zakharova, porte-parole du ministère, une éventuelle frappe américaine, en effaçant les éléments d'analyse, pourrait viser à empêcher toute enquête indépendante sur l'attaque chimique qui, selon les rebelles syriens, a eu lieu samedi dernier à Douma, près de Damas.

Face à la menace de frappes américaines, l'armée syrienne a de son côté évacué ses principales bases militaires et aérodromes du pays et est en état d'alerte, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Moscou va "aider" la Ghouta

Après l'attaque chimique présumée, les rebelles de Djaïch al Islam, qui occupent Douma, ont finalement accepté de quitter l'enclave. Les forces loyalistes achèvent ainsi la reconquête de la Ghouta orientale après sept semaines d'offensive. Un accord sur l'évacuation de Douma a été conclu dimanche. Des milliers de civils y sont toujours bloqués.

La Russie va déployer à partir de jeudi sa police militaire à Douma "pour assurer la sécurité, maintenir l'ordre et organiser l'aide aux habitants locaux", a annoncé mercredi l'armée russe. La situation dans la Ghouta orientale est "totalement stabilisée", a-t-il précisé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS