Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

"Maison de l'horreur": les parents inculpés de torture

Un couple d'Américains arrêté en Californie a été inculpé pour torture et maltraitance, a indiqué le procureur du comté de Riverside, Mike Hestrin (archives).

KEYSTONE/AP/DAMIAN DOVARGANES

(sda-ats)

Un couple d'Américains arrêté en Californie a été inculpé jeudi pour torture et maltraitance, a indiqué le procureur du comté de Riverside, Mike Hestrin. Ce couple a séquestré et affamé ses treize enfants pendant plusieurs années.

Si tous les chefs d'inculpation sont retenus contre eux, David Allen Turpin, 57 ans, et son épouse Louise Anna Turpin, 49 ans, risquent de 94 ans à la prison à vie, a précisé M. Hestrin au cours d'un bref point de presse.

Le couple a été arrêté dimanche à Perris, à 110 kilomètres au sud-est de Los Angeles, à la suite de l'évasion d'une de leur fille, âgée de 17 ans, qui a donné l'alerte.

Les enfants, âgés de 2 à 29 ans, ont été retrouvés pour certains enchaînés à un lit, dans des conditions d'extrême saleté et de malnutrition sévère. Sept ont plus de 18 ans.

Chefs d'accusation

Selon le procureur, la fratrie préparait "depuis plus de deux ans" un plan d'évasion.

Dans le détail, le couple est visé par douze chefs d'accusation de torture - l'enfant de deux ans n'aurait pas été torturé et était bien nourri -, sept chefs de maltraitance d'un adulte dépendant, six chefs de maltraitance ou négligence d'enfant et douze pour séquestration.

David Turpin est également visé par un chef d'acte obscène sur un enfant par la force, la peur ou la contrainte. Le procureur a précisé qu'il s'agissait de la façon dont le père avait ligoté l'une de ses filles, âgé de 14 ans.

Ces chefs d'accusation portent sur des faits survenus depuis 2010.

Selon le procureur, ces maltraitances ont "commencé comme une punition" mais "ont empiré avec le temps" lorsque la famille habitait près de Fort Worth, au Texas, et après son arrivée en Californie. "Ce qui a commencé comme de la négligence s'est achevé par ces maltraitances brutales".

Chaînes cadenassées

Plusieurs des enfants souffrent de "déficiences cognitives" et de lésions nerveuses. Certains ne savaient pas ce qu'était un policier et l'adolescente de 17 ignorait ce qu'était un médicament.

Dans un premier temps, les parents utilisaient des cordes pour ligoter leurs enfants mais, après que l'un d'entre eux soit parvenu à se libérer, ils sont passés à des chaînes cadenassées, a-t-il poursuivi.

L'un des motifs pour qu'un enfant soit enchaîné était notamment qu'il se lave les mains au-dessus du poignet, ce que les parents considéraient comme "jouer avec l'eau". Les punitions comprenaient aussi des coups et des strangulations.

Il a confirmé que les enfants étaient "sévèrement dénutris" - l'un d'eux âgé de 12 ans pèse comme la moyenne d'un enfant de sept ans -, aucun ne pouvait se doucher plus d'une fois l'an, aucun n'a vu de dentiste de sa vie ni de médecin depuis "au moins quatre ans".

D'après les éléments constatés sur place, les enfants "souvent n'étaient pas libérés de leurs chaînes pour pouvoir aller aux toilettes", a indiqué le procureur.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.