Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-conseiller communal de La Chaux-de-Fonds (NE) Pierre-André Monnard dit pouvoir enfin respirer. Dans une interview aux quotidiens L'Express/L'Impartial parue samedi, il confirme avoir été absous par une enquête pénale du procureur général du canton de Neuchâtel.

"On m'a accusé d'être un menteur et d'avoir dissimulé des informations", rappelle M. Monnard. "Or contrairement à tout ce qui a été dit et écrit, il est désormais prouvé que je ne savais pas et que je ne pouvais pas savoir courant 2014 que les recettes fiscales de la Ville se détérioraient", assure-t-il, soulagé de voir son intégrité "aujourd'hui rétablie".

L'ex-argentier chaux-de-fonnier fait référence à une récente ordonnance de classement de la justice neuchâteloise: "l'enquête du procureur général confirme ma version des faits", souligne-t-il, "elle confirme que j'ai agi en toute transparence et dans l'intérêt de la population de ma ville".

Pierre-André Monnard est pris dans la tourmente depuis l'annonce en février d'un déficit inattendu de 12 millions de francs dans les comptes 2014. Il est accusé de n'avoir pas réagi après avoir pris connaissance de la baisse des recettes fiscales et d'avoir ignoré les avertissements de son service financier.

Pas avant février

Selon les journaux, le procureur général Pierre Aubert conclut que rien ne permet d'affirmer que M. Monnard aurait caché au Conseil communal des informations que celui-ci devait connaître pour prendre des mesures d'économie urgentes. Il est probable que l'intéressé n'ait constaté l'ampleur de l'écart entre budget et comptes qu'au mois de février 2015.

M. Monnard, qui a démissionné de son poste à l'exécutif le 4 avril dernier et a été remplacé par la première des viennent-ensuite Sylvia Morel, s'explique à nouveau. "Sitôt que j'ai su, le 5 février 2015", que les recettes fiscales se détérioraient, "j'en ai immédiatement averti mes collègues du Conseil communal et je me suis mis à chercher l'origine du déficit", promet-il.

ATS