Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Le match de Salvador n'influencera pas celui de dimanche. Il y a de nouvelles têtes dans l'équipe, une nouvelle manière de jouer aussi." On n'est pas obligé de croire Vladimir Petkovic...

Ainsi, le sélectionneur est venu dans la salle de presse du Stade Pierre Mauroy flanqué des deux buteurs suisses du match du 20 juin 2014, Blerim Dzemaili et Granit Xhaka. Simple fruit du hasard ou tentative de conjurer le sort ? "Il faut parfois tout essayer", sourit Vladimir Petkovic à la question. "Nous allons nous efforcer de mettre notre jeu en place dimanche. Nous jouons pour nous qualifier et aussi pour gagner ce groupe A, poursuit-t-il. La première place est prestigieuse et elle doit aussi logiquement offrir un adversaire plus abordable en huitième de finale."

Vladimir Petkovic mesure toutefois parfaitement la difficulté de la tâche qui attend ses joueurs. "La France demeure non seulement la favorite de ce groupe mais également l'une des favorites de cet Euro, lâche-t-il. Et comme toutes les grandes équipes, elle monte, en principe, en puissance au fil des matches. Nous affronterons dimanche une grande équipe, mais nous voulons aussi démontrer que nous sommes également une grande équipe."

Le "Mister" n'a, bien sûr, pas dévoilé ses cartes. Il a affirmé que la gestion des avertissements avec quatre joueurs sous la menace d'une suspension en cas d'un nouveau carton jaune - Schär, Behrami, Xhaka et Embolo - n'entrera pas dans sa réflexion au moment d'arrêter la composition de son équipe. "Nous ne sommes pas encore qualifiés pour les huitièmes de finale, martèle-t-il. C'est pourquoi j'alignerai ma meilleure équipe contre la France." Tout indique donc qu'il reconduira le onze de l'Albanie et de la Roumanie avec toutefois une incertitude: Valon Behrami sera-t-il capable d'enchaîner trois matches en huit jours avec un genou toujours aussi fragile ? Mais les six ou sept jours de repos que bénéficiera l'équipe de Suisse avant un éventuel huitième de finale peut amener le sélectionneur à conserver Behrami dans son onze de départ. S'il ménage le Tessinois, Fabian Frei sera sans doute titularisé dans l'entrejeu aux côtés de Xhaka.

Comme l'équipe de France, la Suisse n'a pas effectué son entraînement samedi sur la pelouse du Stade Pierre Mauroy dont l'état est jugé "déplorable". Les deux équipes ont été priées de s'entraîner au Stadium Nord de Villeneuve d'Ascq où le FC Bâle avait sombré en Coupe de l'UEFA un soir glacial de février 2005.

ATS