Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au second jour de sa visite au Liban, le pape Benoît XVI a exhorté les peuples du Moyen-Orient à "dire non à la vengeance" et à bannir "la violence verbale et physique". Il les a appelés à accepter "la société plurielle". Il a demandé au Liban d'être un modèle de paix.

Le souverain pontife s'adressait à plusieurs centaines de personnalités des mondes politique, religieux et culturel libanais, dont les dirigeants des communautés musulmanes, au palais présidentiel de Baabda, près de Beyrouth.

Alors que toute la région est ensanglantée par la guerre en Syrie et des manifestations violentes contre un film américain injuriant le Prophète, le pape a axé son intervention sur les conditions religieuses et sociales qui peuvent favoriser la paix dans toute la région.

Appel au pardon

Le pape a demandé de "bannir la violence verbale ou physique". "Elle est toujours une atteinte à la dignité humaine, celle de l'auteur comme celle de la victime", a-t-il ajouté, sans évoquer directement les dernières violences autour du film diffamant l'islam.

"Il s'agit de dire non à la vengeance, de reconnaître ses torts, d'accepter les excuses sans les rechercher, et enfin de pardonner. Car seul le pardon donné et reçu pose les fondements durables de la réconciliation et de la paix", a encore souligné le pape.

"Respect réciproque"

"Au Liban, la chrétienté et l'islam habitent le même espace depuis des siècles. Il n'est pas rare de voir dans la même famille les deux religions. Si dans une même famille cela est possible, pourquoi cela ne le serait-il pas au niveau de l'ensemble de la société?", a demandé Benoît XVI.

"La spécificité du Moyen-Orient se trouve dans le mélange séculaire de composantes diverses", a encore plaidé le pape, reprenant l'idée de la diversité au centre de l'Exhortation apostolique qu'il a signée vendredi.

"Le Liban est appelé, maintenant plus que jamais, à être un exemple, a-t-il dit. Politiques, diplomates, religieux, hommes et femmes du monde de la culture, je vous invite donc à témoigner avec courage, à temps et à contretemps autour de vous, que Dieu veut la paix, que Dieu nous confie la paix", a conclu le saint Père.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS