Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La liberté de la presse a connu une "régression brutale" en 2014, selon le classement annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié jeudi. L'association explique ce recul notamment par l'action de groupes tels que l'État islamique et Boko Haram. En recul, la Suisse occupe la 20e place.

"Il y a eu une détérioration globale, liée à des facteurs très différents, avec l'existence de guerres de l'information, l'action de groupes non étatiques qui se comportent en despotes de l'information", a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

"2014 est l'année d'une régression brutale pour la liberté de l'information. Les 2/3 des 180 pays (classés par RSF, ndlr) font moins bien que dans l'édition précédente", explique RSF qui, en parallèle, synthétise dans un indice les atteintes à la liberté de la presse.

"Trous noirs"

Pays jugé le plus dangereux du monde pour les journalistes par RSF, la Syrie stagne ainsi à la 177e place sur 180, devant le Turkménistan (178e), la Corée du Nord (179e) et l'Érythrée (180e), un quatuor inchangé depuis l'an dernier. La Chine est 176e.

L'Irak se classe 156e et le Nigeria 111e. Ces pays ont "vu cette année encore l'apparition de 'trous noirs' de l'information", ajoute RSF, rappelant que "l'extension des exactions" commises par l'État islamique, en Irak et en Syrie, "ont poussé à la fuite des journalistes".

Pour la cinquième année consécutive, la Finlande conserve la première place de ce classement, suivie cette année par la Norvège et le Danemark, qui se glisse dans le trio de tête.

Conflits d'intérêts

Pour autant, plusieurs petits États européens chutent au classement: le Luxembourg passe de la 4e à la 19e place, le Liechtenstein de la 6e à la 27e place et Andorre de la 5e à la 32e place, ce qui constitue la plus forte chute.

"Ce sont des situations assez comparables, avec une proximité entre les pouvoirs politiques, économiques et médiatiques qui génère des conflits d'intérêts extrêmement fréquents et qui ne cessent de prendre en importance", explique l'ONG.

La Suisse recule également. Classée 15e en 2014, elle perd cinq rangs et se situe derrière le Luxembourg et devant l'Islande (21e).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS