Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Vaud n'interdira pas la projection dans les établissements scolaires du film "Vol spécial" sur le renvoi de requérants. Il l'accompagnera cependant d'un débat contradictoire pour que tous les points de vue soient représentés, a indiqué mardi Anne-Catherine Lyon.

Interpellée au Grand Conseil par le député UDC François Brélaz qui juge ce film "militant" et non "documentaire", la conseillère d'Etat a affirmé que la projection n'était pas interdite, comme le laisse entendre le cinéaste Fernand Melgar, et ne le serait pas à l'avenir. Le débat sera "encadré et animé" par les enseignants, a précisé Anne-Catherine Lyon.

Très factuelle, la ministre a énuméré également combien de fois le film avait déjà été montré et dans quelle école. Le long métrage sera en outre projeté aux députés en novembre, a glissé le président du Grand Conseil Jean-Robert Yersin.

Deuxième question

"Vol spécial" a suscité une deuxième question mardi, cette fois de la part de l'extrême gauche. Jean-Michel Dolivo (A gauche toute!) a demandé au conseiller d'Etat Philippe Leuba s'il jugeait "tolérable" que le porte-parole de la police cantonale ait révélé le passé pénal d'un des protagonistes du film.

"Je ne sais pas ce que Monsieur (Jean-Christophe) Sauterel a dit et contrairement à d'autres, je me refuse à tout procès d'intention", a répondu Philippe Leuba.

ATS