Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La 12e Fête fédérale de la musique populaire a rassemblé plus de 100'000 personnes à Aarau de jeudi à dimanche. La proposition gagnante du concours visant à donner un nouvel hymne national à la Suisse a été révélée samedi.

Les internautes ont tranché: "Hissé là-haut dans le vent, notre drapeau rouge et blanc" est le meilleur candidat pour remplacer le Cantique suisse. La composition, oeuvre du Zurichois Werner Widmer, conserve la mélodie de l’hymne actuel. Quant au nouveau texte, il tient en une seule strophe, disponible dans chaque langue nationale.

Trois finalistes s'affrontaient en finale du concours, lancé début 2014 par la Société suisse d'utilité publique (SSUP). Le résultat du vote a été rendu public samedi soir sur la télévision alémanique SRF, en direct d'Aarau.

Gagner en popularité

Comme l'exigeait la consigne, le nouveau texte s’appuie sur le préambule de la Constitution et se réfère à des valeurs telles que la paix, la liberté, la démocratie, l’indépendance et la solidarité. En outre, une strophe "suisse" a été forgée, qui réunit toutes les langues nationales.

La SSUP souhaite remplacer l'actuel hymne national, en vigueur depuis 1961. Dès que le chant choisi aura atteint la popularité nécessaire, il sera soumis aux autorités fédérales en vue de remplacer l'hymne actuel, a indiqué la SSUP. Régulièrement saisi de motions et d'interpellations à ce sujet, le Conseil fédéral a toujours préféré le statu quo.

Cohésion du pays

Cette année, la Fête fédérale de musique populaire durait un jour de plus que lors de la dernière édition, organisée en 2011. Environ 1500 musiciens appartenant à 300 formations se sont produits dans la vieille ville d'Aarau. La manifestation, qui prenait fin dimanche après un grand cortège, s'est déroulée sans incident, ont fait savoir les organisateurs dans un communiqué de clôture.

Dans la matinée, le conseiller fédéral en charge de la culture Alain Berset a évoqué l'héritage de la musique populaire en Suisse. Pianiste de jazz lui-même, le Fribourgeois a estimé que longtemps, une certaine réserve était de mise en ce qui concerne la musique populaire.

"Certains voyaient une contradiction entre notre héritage musical et un intérêt culturel pour le monde entier", a-t-il souligné. "Aujourd'hui, il est évident que ce n'est pas le cas".

La musique populaire en Suisse est restée authentique, mais elle s'est constamment développée, selon le chef du Département fédéral de l'intérieur. Ce dernier la juge débordante de vitalité et de curiosité, d'après le texte du discours prononcé à Aarau.

"Faire de la musique ensemble, c'est tout un symbole. Le symbole de ce qui fait la force de la Suisse: ces liens qui unissent les gens, dans leur quartier, leur village, leur association, qui renforcent la compréhension, qui nous mettent au même diapason, garantissant ainsi la cohésion de notre pays", s'est réjoui le ministre de la culture.

ATS