Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'artiste Chloé Moglia et son spectacle "Horizon" sur le pont Bessières.

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Le Festival de la Cité, qui retrouvait son périmètre historique additionné de nouveaux lieux, a suscité l'enthousiasme des Lausannoises et Lausannois: quelque 100'000 visiteurs ont fréquenté la 46e édition qui s'est achevée dimanche soir.

L'édition 2016 avait réuni 72'000 spectateurs. La tentative de décentralisation du festival avait été très critiquée. La géographie de cette année avec notamment la fermeture du pont Bessières a permis une bonne circulation du public sans susciter de vague de mécontentement des automobilistes, soulignent les organisateurs.

La programmation accordait une large place à la musique, à la danse et aux performances hors normes, avec la volonté d'offrir des propositions artistiques, toutes gratuites, pour tous les publics, du pointu à l'hyper-festif. La curiosité du public face à des propositions audacieuses a été remarquable avec quelques moments magiques qui n'étaient pas gagnés d'avance, note le festival.

Et de citer les 500 personnes dans la cathédrale pour assister au spectacle de danse contemporaine de Radouan Mriziga ou la participation active des spectateurs face au théâtre politique de Christophe Meierhans, qui avait rédigé une nouvelle constitution en 350 articles.

Public conquis

Rayon musique, la scène du "Grand Canyon", située derrière le Palais de Rumine, a fait le plein. Les concerts de Throes + The Shine ou Sandor ont particulièrement marqué les esprits, écrivent les organisateurs. La rappeuse valaisanne d'origine ivoirienne et sicilienne KT Gorique a conquis le public sur la scène de la "Face Nord".

Le pont Bessières était lui noir de monde pour les acrobaties poétiques de Chloé Moglia, suspendue à l'extrémité d'une perche au-dessus d'une marée humaine, ou l'intensité de la performance de Bouchra Ouizguen, "Corbeaux".

ATS