Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Athlétisme - Le champion du monde du 100 m Yohan Blake a prévenu qu'il se ferait rare en compétition ce printemps et cet été. Il entend préparer de façon optimale les JO de Londres (dès le 27 juillet).
"Vous n'allez pas me voir beaucoup", a prévenu Blake lors d'une conférence de presse téléphonique pour promouvoir sa participation à la réunion Ligue de diamant de New York le 9 juin.
Cette sortie lui servira notamment de préparation en vue des sélections olympiques jamaïcaines (28 juin-1er juillet), qui s'annoncent redoutables avec Blake, Usain Bolt, l'ex-détenteur du record du monde du 100 m Asafa Powell et le quatrième performer de l'histoire Nesta Carter, ainsi que Michael Frater (9''88).
"Je ne sais pas où je vais courir cette saison", a encore expliqué Blake, qui s'en remettra à son entraîneur Glen Mills: "Mon coach sait quoi faire, il sait quand me mettre sur la piste pour que je coure vite." Sans mettre le 200 m de côté, Blake a toutefois indiqué qu'il allait mettre l'accent sur le 100 m.
L'an dernier, Blake était devenu le plus jeune champion du monde du 100 m de l'histoire après une finale dont Bolt, l'incontestable meilleur sprinter de la planète, avait été exclu pour un faux départ.
Ce titre lui "a ouvert beaucoup de portes". Il vient de rencontrer le prince Harry, en visite en Jamaïque dans le cadre d'une tournée du Commonwealth pour fêter les 60 ans de règne de sa grand-mère, la reine Elisabeth II.
Le jeune homme de 22 ans côtoie aussi au quotidien un autre roi, celui du sprint mondial. Blake, qui s'entraîne à Kingston dans le même groupe qu'Usain Bolt, le Racers Track Club, a même été surnommé "The Beast" (la Bête) par le recordman du monde des 100 et 200 m pour son ardeur à l'entraînement.
"Je bosse deux fois plus que n'importe qui d'autre, explique Blake. A la pause de Noël, j'ai continué à travailler et mon entraîneur m'a appelé pour me dire d'arrêter. Quand tout le monde se repose, je m'entraîne encore."

ATS