Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève, qui célèbre le bicentenaire de son entrée dans la Confédération, accueille la 131e Fête romande de lutte suisse samedi et dimanche. Plus de 120 lutteurs s'affonteront sur la Plaine de Plainpalais. La manifestation est gratuite.

Dimanche matin, la première passe réunira les meilleurs lutteurs du pays. Parmi eux figurent huit invités alémaniques, dont les Bernois Matthias Glarner et Matthias Siegenthaler qui ont remporté des couronnes à la dernière Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres, à Berthoud (BE) en 2013, a expliqué jeudi à l'ats Blaise Decrauzat, président de l'Association romande de lutte suisse.

Huit athlètes provenant de l'unique section genevoise de lutte, à savoir celle de Carouge, prendront part aux combats. Le vainqueur de la fête, qui sera désigné en fin d'après-midi, repartira avec un jeune taureau.

Folklore national

La journée de samedi sera consacrée au folklore national: fabrication d'une meule de fromage de Gruyère, concert du Choeur de la confrérie du Gruyère, démonstration et initiation à la lutte suisse, musique traditionnelle. La soirée se poursuivra avec des concerts de yodel-électrorock par le groupe vaudois Sonalp et de disco-funk par les Genevois de Time Machine.

Candidate malheureuse à l'organisation de la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres de 2016, la Ville de Genève accueille ainsi la manifestation annuelle romande, dont l'organisation fait l'objet d'un tournus entre les cantons à raison d'une fois tous les cinq ans. Par le passé, les quatre ronds de sciure ont été aménagés à Carouge et à Bernex.

ATS