Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - A l'occasion de la Fête nationale, plusieurs politiciens ont déjà pris la parole samedi soir. Ils ont profité de l'événement pour aborder des thèmes aussi variés que les rapports entre générations, l'Union européenne ou encore la Suisse comme "modèle de succès".
A Rohrschach (SG), la présidente du Conseil national Pascale Bruderer a déclaré vouloir davantage promouvoir la compréhension entre les générations.
"Si aujourd'hui nous voyons loin, c'est parce que nous sommes perchés sur les épaules d'un géant", a-t-elle dit, utilisant une ancienne allégorie. "Ce géant, c'est l'expérience des générations passées. Nous devrions savoir l'apprécier et en profiter - beaucoup plus que ce n'est le cas aujourd'hui", a-t-elle ajouté.
Chaque entreprise sait à quel point il est important de transmettre le savoir-faire pour survivre. En politique aussi, il faudrait s'en souvenir de temps à autre, a-t-elle relevé, selon la version écrite de son discours.
Trois voies avec l'UE
La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a elle abordé le sujet des relations entre la Suisse et l'Union européenne. Souhaitant que les Helvètes s'interrogent sur l'avenir du pays, elle a lancé des questions lors de son intervention à Grimentz (VS), sans y apporter de réponses.
Le Conseil fédéral s'attelle à faire un bilan de ses relations, a-t-elle ajouté. Et d'exposer trois voies possibles pour le futur: la poursuite des accords bilatéraux, même si cette voie a ses limites, une nouvelle forme d'Espace économique européen (EEE) ou l'adhésion.
Fidèle à ses convictions, Christoph Blocher a traité la question sur un tout autre ton. "Une adhésion de la Suisse à l'UE démolirait les fondements de l'Etat helvétique. D'où l'importance de combattre le projet", a souligné le vice-président de l'UDC suisse à Grindel (SO), puis à Wolfhalden (AR), selon le texte écrit de son discours.
C'est d'ailleurs ce qui incite l'ancien conseiller fédéral à réfléchir sérieusement à une nouvelle candidature au Conseil national, lors des élections de l'automne 2011. Et ce "même si je fête mon 70e anniversaire cette année", a-t-il poursuivi.
La Suisse, un modèle
De son côté, le président du PDC Christophe Darbellay a vanté le "modèle de succès" suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS