Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Malgré une météo maussade, plusieurs milliers de manifestants se sont réunis en Suisse à l'occasion de la Fête du travail. Dans l'oeil de mire de nombreux participants: les bonus et les grandes banques. A Zurich, les traditionnelles échauffourées ont éclaté en fin d'après-midi.
Tout avait pourtant bien commencé sur les bords de la Limmat. Quelque 8000 personnes ont participé dans le calme au défilé et écouté des discours offensifs. Présidente du Syndicat des services publics, la conseillère nationale écologiste Katharina Prelicz-Huber y a dénoncé la cupidité des managers et exigé un travail décent pour tous.
C'est une fois la partie officielle terminée que les heurts ont débuté. Quelque 300 individus, cagoulés et regroupés dans le Kreis 4, ont commencé à provoquer la police, apparemment nerveuse. Cette dernière a fait usage de canons à eau et de balles en caoutchouc avant que ne débute un jeu du chat et de la souris.
Dans la soirée, la police a indiqué avoir interpellé 250 personnes. Un adolescent a été blessé à la tête dans des circonstances qui ne sont pas encore claires.
Ailleurs en Suisse, aucun dérapage n'était à déplorer en début de soirée. Lausanne a quelque peu tremblé lorsqu'une centaine de jeunes autonomes, qui avaient organisé leur propre défilé, ont eu dans l'intention de rejoindre le cortège officiel. Les policiers anti-émeute se sont alors déployés pour les confiner au sud de la ville.
A Genève, entre 1500 et 2000 personnes étaient présentes pour notamment dénoncer les gros salaires. "Il est urgent de revoir notre façon de penser", a souligné le président des Verts Ueli Leuenberger.
Quant au président du PS Christian Levrat, il était à Coire où il a critiqué la réforme de l'assurance chômage. Autre socialiste, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey. A Thoune (BE), elle a dit s'agissant des banques: "l'Etat a aidé, le contribuable a aidé, nous avons aidé les banques". "Depuis, nous voulons un droit d'intervention".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS