Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cartes sont totalement rebattues sur 200 m, aux Mondiaux de Londres.

Wayde van Niekerk a eu beaucoup de peine à se qualifier pour la finale, tandis qu'Isaac Makwala s'est remis dans le jeu de façon spectaculaire.

Le doublé 200-400 m tant attendu et qui paraissait cousu de fil blanc de Wayde van Niekerk a du plomb dans l'aile. Le Sud-Africain, sacré champion du monde pour la 2e fois mardi sur 400 m, a été le dernier des repêchés au temps pour la finale du demi-tour de piste. Il a dû s'employer jusqu'au bout pour tenir en échec Christophe Lemaitre, éliminé pour 2 centièmes au profit de l'athlète de Bloemfontein.

Le Sud-Africain n'a signé que le 7e temps, en 20''28. Sous une pluie battante, l'Américain Isiah Yourg a dominé ces demi-finales en 20''12, mais la vedette du jour aura été Isaac Makwala. Le Botswanais a d'abord dû courir seul, deux heures plus tôt, en série, après avoir été exclu des séries communes lundi pour des raisons sanitaires. Selon l'IAAF, le Botswanais, qui avait vomi lundi avant les séries, était atteint de la gastro-entérite qui sévit dans un hôtel des athlètes à Londres.

Il a été exclu également de la finale du 400 m de mardi et placé en quarantaine jusqu'à mercredi à 14h. Il a finalement été autorisé à une séance de rattrapage sur 200 m, seul sous la pluie et par 14 degrés, et a fusé en 20''20, alors que 20''53 lui étaient demandés pour aller en demi-finale. Il s'est donc donné le droit de disputer les demi-finales, où il décrochait deux heures plus tard le 3e temps en 20''14!

Le "malade" se porte donc bien! Makwala - qui a toujours nié avoir été atteint par le virus, reconnaissant juste avoir vomi - a du reste effectué quelques "pompes" (appuis faciaux) immédiatement après sa série puis levé les bras après sa qualification pour la finale, histoire de bien montré qu'il était vaillant. Une forme de pied-de-nez à l'IAAF. Il aura assurément la rage au ventre pour la finale.

ATS