Toute l'actu en bref

De nombreux dossiers sont encore bloqués entre la Suisse et l'UE (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

2017 sera l'année de la normalisation des relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE), affirme le nouvel ambassadeur de l'UE en Suisse, Michael Matthiessen. "Le dégel arrive", après trois ans de rapports "très tendus", assure-t-il.

"Après la solution trouvée par le Parlement suisse sur l'immigration en décembre, nous entrons aujourd'hui dans une phase plus positive", explique M. Matthiessen dans un entretien diffusé mercredi par Le Temps. Il relève que certains dossiers, comme le programme-cadre de recherche européen Horizon 2020, ont déjà été débloqués en décembre.

Les blocages des autres dossiers dus à l'acceptation par les Suisses de l'initiative UDC anti-immigration le 9 février 2014 sont en train d'être levés, poursuit-il. "Le feu sera au vert dans les jours ou semaines à venir".

Accord-cadre à trouver

En revanche, "les blocages liés à l'accès au marché persisteront tant que l'on n'aura pas trouvé d'entente sur un accord-cadre institutionnel", fait-il remarquer. Il constate toutefois que des progrès ont été faits ces dernières semaines afin de trouver un mécanisme pour régler les désaccords tout en respectant la souveraineté suisse.

Pour le diplomate danois, "le moment est peut-être bien choisi pour que l'UE et la Suisse se rapprochent encore" plus. Avec le Brexit, le 60e anniversaire du traité de Rome, acte fondateur de l'UE, et une situation géopolitique "inquiétante", cette année "peut s'avérer être aussi une fenêtre d'opportunité", selon lui.

Il estime cependant "risqué" de penser que la sortie du Royaume-Uni de l'UE offrira des opportunités à la Suisse. "Je ne suis pas certain que la Suisse puisse profiter de ce qui va se passer. Il faut se méfier des voeux pieux", met-il en garde, soulignant que les négociations avec Londres pourraient être longues.

ATS

 Toute l'actu en bref