Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 25 millions d'oiseaux migrateurs sont tués chaque année dans les pays du pourtour méditerranéen, a indiqué jeudi Birdlife Suisse. L'organisation ornithologique soutient ses partenaires internationaux dans la lutte contre ce massacre.

Les oiseaux sont pris dans des pièges, des filets ou abattus. Selon un premier rapport exhaustif de BirdLife International sur ce thème, 5,7 millions d'entre eux périssent chaque année en Egypte, 5,3 millions en Italie, malgré la protection légale dont ils jouissent au sein de l'UE, d'autres encore en France, en Grèce, à Chypre, au Liban ou en Syrie.

La plupart finissent dans les assiettes, d'autres servent de cibles à des chasseurs ou des amateurs de tir illégal, d'autres encore sont commercialisés comme oiseaux d'ornement.

Le pinson des arbres (2,9 millions de tués) paie le plus lourd tribut, suivi de la fauvette à tête noire (1,8 million), de la caille (1,6 million) et de la grive musicienne (1,2 million). En outre, 100'000 oiseaux de proie, 700'000 pigeons et colombes, ainsi qu'un million d'oiseaux d'eau font les frais de ce braconnage.

Les ornithologues, qui tentent depuis des décennies de mettre un terme à cette hécatombe, déplorent la lenteur des changements de mentalité et l'inaction de la police. Parfois même, les protecteurs des oiseaux qui s'interposent risquent des agressions physiques de la part des braconniers.

ATS