Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 300'000 internautes à travers le monde pourraient être privés de connexion dès juillet, a prévenu la police fédérale américaine (FBI). A cette date expirera un système de sécurité temporaire mis en place en réponse à un réseau de pirates informatiques.

Le FBI encourage les internautes à se connecter dès que possible sur le site www.dcwg.org, afin de savoir s'ils ont ou non été infectés par un réseau de pirates informatiques démantelé en novembre 2011, a indiqué à l'AFP une porte-parole. Il pense que jusqu'à 568'000 ordinateurs ont été infectés.

Le logiciel reprogrammait les ordinateurs et redirigeait leurs utilisateurs à leur insu vers des sites frauduleux, sur lesquels les internautes atterrissaient après avoir tapé une adresse régulière. Les enquêteurs estiment que les escrocs ont gagné 14 millions de dollars des spams qui apparaissaient sur ces sites.

Six pirates estoniens de ce réseau ont été arrêtés en novembre en Estonie dans le cadre de l'opération "Ghost Click". Un Russe fait l'objet de poursuites mais n'a pas été arrêté.

Des conseils

A cette date, "nous avons remplacé le système piraté par un service propre afin que l'accès internet des gens puisse rester intact", a déclaré la porte-parole. Le service propre n'a jamais été prévu pour être une solution permanente.

Cinq mois après ces arrestations, le nombre de victimes encore connectées au système "propre" serait tombé à 360'000 principalement aux Etats-Unis, dans l'Union européenne et en Inde. Au moins 300'000 personnes pourraient encore être concernées, a précisé la porte-parole.

Sur le site mis en place, les internautes verront si leur ordinateur est connecté au service propre. Le cas échéant, ils seront notifiés et des conseils leur seront fournis.

ATS