Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public de Genève a requis dix ans de prison à l'encontre de l'agresseur de Marina pour tentatives d'assassinat. Le 3 octobre 2010, le prévenu avait tiré sur des adolescents dans le préau d'une école du Petit-Lancy.

La procureure a demandé au Tribunal correctionnel de retenir quatre tentatives d'assassinat. Car si deux adolescents ont été atteints par la balle, quatre personnes étaient susceptibles de la recevoir dans leur fuite. En outre, la peine doit être assortie d'un traitement ambulatoire pour soigner le prévenu de sa dépendance à l'alcool et aux médicaments.

Le jour des faits, un dimanche après-midi, cet homme de 30 ans cherche un révolver chez lui et le charge de dix balles pour se venger des insultes d'adolescentes, qui éconduisent ses avances. Il a bu - 1,3 pour mille d'alcool dans le sang - et pris des médicaments. "Ni l'un ni l'autre excluent qu'il pouvait couper court à l'escalade de violence", relève la procureure.

Pas décidé

D'un pas décidé, il sort son arme, provoquant la fuite des jeunes, et fait feu. Le projectile atteint un garçon à la joue et finit sa course dans le crâne de Marina, 15 ans. Celle-ci vit aujourd'hui avec la balle toujours logée dans la tête, le visage à moitié paralysé.

Le procès se poursuit mercredi après-midi avec les plaidoiries des avocats. Le verdict devrait être rendu vendredi.

ATS