Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Français restent les maîtres du 4 x 100 m libre. Invaincus depuis 2012, les relayeurs tricolores ont encore décroché l'or de cette spectaculaire discipline aux Mondiaux de Kazan.

Ils ont dominé les Russes devant leur public (9800 spectateurs).

La série française prend des dimensions impressionnantes, à l'image un peu de celle de leurs compatriotes handballeurs. Bien que privés de Yannick Agnel (pleurésie), les "Bleus" en maillot de bain (Mehdy Metella, Florent Manaudou, Fabien Gilot et Jérémy Stravius) ont gagné leur sixième grande compétition de suite. Tout avait commencé par l'or aux Championnats d'Europe 2012 à Debrecen, puis les JO de Londres, les Mondiaux 2013 à Barcelone, l'Euro 2014 à Berlin et les Mondiaux en petit bassin à Doha.

Le quatuor a nagé en 3'10''74, devant la Russie de Nikolay Morozov (3'11''19) et l'Italie (3'12''53). Sûrs de leur force, les Français avaient laissé au repos pour les séries Stravius et Manaudou. Les "alchimistes" - parmi lesquels Gilot fut le plus brillant - étaient d'autant plus intouchables que les Australiens - privés de leur torpille James Magnussen - et les Américains avaient été éliminés en séries.

Chez les femmes, les Australiennes (Emily Seebohm, Emma McKeon et les soeurs Bronte et Cate Campbell) se sont imposées en 3'31''48. Elles ont devancé Pays-Bas (3'33''67) et et les Etats-Unis (3'34''61).

Le Chinois Sun Yang a conservé son titre du 400 m nage libre en 3'42''58. Il a devancé le Britannique James Guy et le Canadien Ryan Cochrane.

L'Américaine Katie Ledecky a conservé son titre dans le 400 m libre féminin en 3'59''13. La recordwoman du monde a devancé la Néerlandaise Sharon Van Rouwendaal et l'Australienne Jessica Ashwood.

L'Américaine a écrasé la course dès la première longueur de bassin. Elle est partie très vite, sur les bases de son record du monde, mais n'a pas tout à fait tenu le rythme. A 18 ans, Ledecky porte sur ses épaules l'équipe des Etats-Unis, venue sans son légendaire Michael Phelps.

La Suédoise Sarah Sjöström a battu en 55''74 le record du monde du 100 m papillon en demi-finale. L'ancien record (55''98) était la propriété de l'Américaine Dana Vollmer depuis 2012. Sjöström, championne du monde en titre, sera évidemment la grande favorite de la finale lundi.

ATS