Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La retenue d'impôts perçue par la Suisse sur les intérêts versés à des contribuables européens a grossi l'an dernier. Elle s'est élevée à 506 millions de francs, contre 432 millions en 2010. Les déclarations volontaires au fisc ont également augmenté, passant de 38'000 à 47'000.

La Suisse prélève une retenue d'impôt sur les intérêts versés à des contribuables de l'UE depuis 2005, en vertu de l'accord sur l'imposition de l'épargne. Le taux a passé de 20% à 35% le 1er juillet 2011. En 2009 toutefois, la retenue d'impôts avait été plus importante que l'an dernier, atteignant 534,8 millions.

Les trois quarts de l'argent récolté est reversé aux Etats concernés. Le solde reste en Suisse. Les sommes versées aux pays membres de l'UE totalisent ainsi 379,9 millions, a indiqué vendredi le Département fédéral des finances. La Confédération reçoit 113,9 millions et les cantons 12,6 millions.

L'Allemagne, principal destinataire

Le principal destinataire européen est l'Allemagne (112,1 millions). Les autres importants pays bénéficiaires sont l'Italie (65,8 millions), la France (55,6 millions), l'Espagne (35 millions), le Royaume-Uni (21,3 millions), la Belgique (17 millions), la Grèce (11,3 millions), l'Autriche (10,9) et les Pays-Bas (10,5 millions).

Les contribuables européens ont le choix entre la retenue d'impôts et la déclaration volontaire des intérêts qu'ils ont perçus aux autorités fiscales. L'an dernier, ils ont été 47'000 à opter pour la seconde solution, soit 9000 de plus qu'en 2010. En 2009, ils n'étaient que 33'000.

ATS