Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'aéroport de Bâle-Mulhouse a inscrit un nouveau record de fréquentation l'an dernier. Le site franco-suisse a accueilli un peu plus de 6,5 millions de passagers, un nombre en hausse de 11% par rapport à 2013.

L'EuroAirport (EAP) a vu passer 6'523'874 passagers précisément en 2014, a indiqué jeudi la direction de l'aéroport. Il s'agit de la quatrième année consécutive se terminant par un record. Le taux de croissance ressort deux fois supérieur à la moyenne européenne, précise le communiqué.

Les mouvements affichent pour leur part une augmentation de 2% seulement, pour un total de 89'474 décollages et atterrissages. Les vols de ligne en ont représenté 59'440, soit une avancée de 5%.

Croissance ralentie

En ce qui concerne l'année 2015, l'aéroport de Bâle-Mulhouse anticipe un léger ralentissement de son essor. La direction table en effet sur une progression de 3% du nombre de passagers.

Au niveau du fret, le site a enregistré l'an passé une augmentation de 5% à 98'175 tonnes. Pour 2015, il prévoit en revanche une accélération de l'expansion, avec une hausse de 19% grâce à la mise en service de nouvelles infrastructures en janvier. Celles-ci portent sur 21'000 m2, pour un investissement de 40 millions d'euros.

Le troisième aéroport de Suisse a fait mieux en 2014 en termes de taux de croissance que les sites de Zurich-Kloten et de Genève. Le site romand a franchi le cap des 15 millions de francs peu avant Noël, ce qui correspond à une progression de 5%.

La place de Swiss sera comblée

Quant à l'abandon de la plate-forme bâloise par Swiss, entité de Lufthansa, le directeur de l'aéroport Jürg Rämi espère que l'espace sera occupé par d'autres compagnies. L'an dernier, Swiss a compté 263'000 passagers à partir de l'EuroAirport, soit 5% du marché.

A titre de comparaison, le transporteur britannique easyJet, très présent à Genève aussi, a accru la sienne de 54 à 55%. Les autres acteurs tournent autour de 5%, à l'instar de Swiss.

Jürg Rämi a aussi évoqué le sujet du conflit fiscal avec la France concernant les entreprises implantées sur le site binational. Le directeur espère un dénouement jusqu'en mars. Andreas Büttiker, vice-président du conseil d'administration, a fait part de son optimisme prudent.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS