Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mardi, dans le cadre d'une journée internationale d'action en faveur de Tariq Ramadan, 60 personnes ont manifesté à Genève près du consulat de France. Elles s'inquiètent du traitement de l'affaire par la justice française. L'islamologue est inculpé à Paris pour des viols qu'il nie avoir commis.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

A Genève, environ 60 personnes ont manifesté mardi leur soutien à Tariq Ramadan à proximité du consulat de France. Elles ont dénoncé le traitement injuste et inhumain de l'islamologue, mis en examen à Paris pour viols.

"Pour le respect des droits humains", "Appel international pour une procédure juste et équitable" et "166 jours de trop!" pouvait-on lire sur les pancartes. Agé de 55 ans, Tariq Ramadan a été placé en détention provisoire le 2 février. Il est actuellement à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes, dans la banlieue parisienne, en raison de sa sclérose en plaques.

Cette action a été organisée par la Free Tariq Ramadan Campaign, alors qu'une audience de confrontation doit avoir lieu mardi et mercredi avec deux des plaignantes. D'autres actions similaires sont prévues mardi devant l'établissement pénitentiaire de Fresnes (F) ainsi qu'à Washington, Londres, Bruxelles, Rabat ou encore Colombo. Le professeur nie catégoriquement avoir commis ces viols.

"Affaire politisée"

Pour seule prise de parole, une manifestante a lu à haute voix la lettre adressée au consul de France à Genève. Ce courrier fait part de "la profonde inquiétude et indignation" de "citoyens soucieux dans le monde entier" quant au traitement de cette affaire. Et de dénoncer une "affaire politisée", au vu du "refus des droits humains fondamentaux" du professeur.

La lettre demande aussi sa libération sous caution pour qu'il puisse suivre un traitement médical approprié et communiquer avec sa famille. A défaut, les citoyens vont perdre confiance dans le système judiciaire français, met-elle en garde. "Cela confirmerait la croyance existante que les valeurs de liberté, égalité et fraternité ne s'appliquent pas aux musulmans et aux personnes de couleur en France."

Santé dégradée

"La présomption d'innocence n'est pas respectée", a indiqué à Keystone-ATS un des fils de Tariq Ramadan, Moussa Ramadan, présent à la manifestation genevoise. "La situation est totalement injuste. La libération sous caution a été refusée à mon père, malgré toutes les garanties données à la justice", a-t-il relevé. En outre, l'islamologue n'a pas accès à son dossier.

Selon lui, la santé du professeur s'est fortement dégradée, comme l'ont confirmé des examens médicaux effectués récemment dans hôpital parisien. Il marche désormais avec un déambulateur et a beaucoup de mal à se concentrer, en raison de la quantité de médicaments qu'il prend.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS