Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Dans trois quarts des cas, la mère est à l'origine de l'enlèvement (photo symbolique).

Keystone/DPA Zentralbild/Z1022/_PATRICK PLEUL

(sda-ats)

L'an dernier, l'Office fédéral de la justice (OFJ) a enregistré 62 nouveaux cas d'enlèvements d'enfants à l'étranger par l'un des deux parents. C'est un record sur les dix dernières années.

En 2015, il y en avait eu 51, en 2006, 42, selon un rapport de l'OFJ dont font mention dimanche les hebdomadaires alémaniques Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Les demandes ont été transmises en majorité à des pays européens.

L'âge moyen des enfants concernés se monte à sept ans. Dans 75% des cas, la mère est responsable du rapt. Lors des violations de droits de visite (10 cas en 2016), c'est la mère aussi qui était la plus concernée (90%).

Les requêtes venues de l'étranger se sont montées à 29 l'an dernier, un peu moins que lors des trois dernières années.

L'autorité centrale en matière d'enlèvement international d'enfants de l'OFJ traite environ 230 cas par année. Environ la moitié sont des cas reportés de l'année précédente.

La Suisse est actuellement liée avec 89 Etats à la Convention de La Haye sur l'enlèvement d'enfants et 37 Etats à la Convention européenne sur la garde des enfants. Dans leur majorité, les demandes concernant le retour ou l'exercice du droit de visite sont fondées sur la Convention de La Haye.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS