Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La route s'annonce encore longue pour Selina Büchel à Pékin. La St-Galloise s'est qualifiée sans trembler pour les demi-finales du 800 m aux Mondiaux, mais l'opposition se révèle plus forte que prévu.

Une athlète comme la Kényane Janeth Jepkosgei par exemple, ancienne championne du monde et vice-championne olympique en 2008, est passée à la trappe, comme du reste toutes ses compatriotes. Büchel a dû s'employer pour prendre la 2e place de sa série (2'00''25), à 0''02 de la Canadienne Melissa Bishop (10e temps total pour Büchel). La finale de samedi reste bien sûr l'objectif, mais la St-Galloise "devra mieux courir en demi-finale (jeudi) qu'en séries" pour y accéder, a-t-elle reconnu.

Mercredi, elle a souvent évolué en bordure du couloir no 2, accomplissant probablement une dizaine de mètres en plus. "Je n'ai pas l'impression d'y avoir laissé beaucoup d'énergie, mais ce sont quand même des forces que j'aurais pu m'épargner", a dit la championne d'Europe en salle. "J'ai dû me résoudre à faire l'extérieur pour ne pas rester coincée derrière la Kényane (Margaret Wambui), que je savais pas très forte mais qui ne voulait pas me laisser passer."

Le premier objectif sera de bien récupérer. Au programme avant la demi-finale: trois passages de 3 minutes (avec 3' de pause) dans un bain glacé avec une eau à 6 degrés. "C'est une méthode que nous n'employons que sur les compétitions, afin d'en tirer un effet maximal", explique l'entraîneur national Louis Heyer. "En phase d'entraînement, nous préférons renoncer pour habituer le corps à travailler 'dans la fatigue'." Point positif de mercredi: Selina Büchel n'a eu mal à son pied, endolori après une foulure à l'entraînement la semaine passée.

ATS