Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'achat de nouveaux avions de combat va forcer tous les départements à se serrer la ceinture. Le Conseil fédéral veut économiser quelque 800 millions de francs par an dès 2014. Ce nouveau programme d'assainissement, sur trois années, devrait être mis en consultation fin juin.

Selon la volonté du Parlement, le budget militaire doit passer à 5 milliards de francs dès 2014 pour financer notamment l'achat de nouveaux avions de combat et une armée à 100'000 soldats. La Confédération devra dépenser pour ce faire 515 millions de plus en 2014 et 560 millions en 2015. A quoi s'ajoute une péjoration des finances fédérales due à la crise.

Le Conseil fédéral table désormais sur des déficits structurels de 800 millions en 2014 et de 600 millions en 2015. Pour y parvenir, le gouvernement a élaboré un programme de consolidation et de financement de l'armée. Le montant est fixé provisoirement à 800 millions pour 2014: 50 millions de recettes supplémentaires et 750 millions d'économies.

Coupes proportionnelles

Chaque département devra y aller de son sacrifice: un million pour la Chancellerie fédérale, 42 millions pour les Affaires étrangères, 325 millions pour l'Intérieur (social, culture, formation), 26 millions pour la Justice et police, 12 millions pour la Défense (sans l'armée), 49 millions pour les Finances, 125 millions pour l'Economie et 170 millions pour les Infrastructures.

Ces coupes seront proportionnelles aux dépenses influençables dans chaque dicastère et seront prises dans tous les groupes de tâches. Le Conseil fédéral en a fixé les grandes lignes. Les mesures devront être réparties de manière équilibrée entre les dépenses propres et les dépenses de transfert, et supportables sur le plan conjoncturel.

Ce nouveau plan de rigueur ne manquera pas de relancer le débat sur l'achat de nouveaux avions de combat. La gauche a déjà fait savoir qu'elle lancera un référendum contre le programme d'économies afin que le peuple puisse trancher.

ATS