Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs associations patronales suisses proposent une solution à trois piliers pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse. Elles préconisent une clause de sauvegarde, une meilleure utilisation du potentiel indigène mais aussi un frein à l'emploi dans le secteur public. L'usam prend ses distances.

Près de onze mois après la votation du 9 février, les conséquences de l'acceptation du texte de l'UDC restent floues, a réitéré jeudi Heinz Karrer, président d'economiesuisse, devant la presse à Zurich. Quant au message du Conseil fédéral, il est attendu dans le courant des prochaines semaines.

Dans ce dossier, il n'existera pas de solutions faciles, ni de résultats rapides. Pour les politiques et l'économie, une chose est claire: la population veut une réduction sensible de l'immigration, a poursuivi le président de la Fédération des entreprises suisses.

Or le net refus de l'initiative Ecopop en novembre a aussi donné un signal fort. "Les quotas rigides et l'abandon des accords bilatéraux avec l'UE ne sont pas des options", soutient-il. C'est pourquoi diverses organisations économiques du pays ont imaginé un modèle qui se base sur trois piliers.

Plafond à déterminer

Premier élément: l'introduction d'une clause de protection dans la loi d'application du nouvel article constitutionnel. La libre circulation avec les Etats de l'UE et ceux de l'Association européenne de libre-échange (AELE) s'appliquerait pleinement jusqu'à ce que le solde migratoire ait atteint un plafond, encore à définir. La main-d'oeuvre provenant d’États tiers resterait contingentée.

A cette fin, le Conseil fédéral devra fixer un contingent global, et ajustable, au niveau de l'ordonnance. Au-delà de ce seuil, la Suisse activerait la clause de sauvegarde, ce qui entraînerait la mise en place des contingents.

Réduire la demande

Deuxième volet du plan, les entreprises sont priées d'agir concrètement pour réduire la demande en main-d'oeuvre étrangère. Ce qui passe par un meilleur recours au potentiel national.

Les efforts devront aussi porter sur la formation, l'accès pour les jeunes au marché du travail, la promotion de femmes dans l'industrie ou l'intégration des travailleurs âgés. Au menu également, l'égalité de traitement en matière fiscale des couples mariés ou encore l'amélioration du soutien aux familles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS