Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse va appliquer les règles européennes autorisant l'utilisation des scanners corporels dans les aéroports. Les passagers pourront refuser d'être scannés et l'emploi d'appareils à rayons-X ne sera pas autorisé.

Pour l'heure, aucun aéroport suisse n'utilise ces dispositifs de sécurité permettant de voir à travers les vêtements et remplaçant la fouille corporelle. La réglementation européenne, qui entrera en vigueur à mi-mai, fixe un cadre strict à l'usage des scanner corporels.

Pièce séparée

Afin d'assurer le respect de la vie privée, les appareils ne pourront pas enregistrer ou conserver les images. Le personnel de sécurité qui analyse ces images devra se trouver dans une pièce séparée et ne pourra pas "faire de lien" avec les passagers.

En outre, les passagers pourront demander à être contrôlés par des méthodes alternatives. Enfin, pour des questions de santé, l'emploi d'appareils à rayons-X ne sera pas autorisé. Plusieurs pays européens, dont les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ont développé l'utilisation des scanners.

Dans la foulée, le Conseil fédéral a repris aussi la directive concernant les licences du personnel naviguant. Celle-ci a par exemple une incidence sur les contrôles médicaux auxquels les pilotes doivent se soumettre. Une nouvelle catégorie de licence pour les aéronefs légers verra le jour.

ATS