Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il est toutefois encore autorisé de parler au téléphone en traversant, tant qu'on regarde devant et autour de soi (image symbolique).

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

La ville d'Honolulu, dans l'Etat américain de Hawaï, ne plaisante plus avec les piétons obnubilés par leur smartphone. A partir de mercredi, traverser la rue en lisant ou en tapotant son téléphone portable sera passible d'une amende pouvant atteindre 35 dollars.

C'est la première grande ville américaine à s'attaquer aux "zombies des téléphones", comme sont surnommés ces piétons scotchés à leur écran et devenus un véritable problème de santé publique.

Signé fin juillet par le maire d'Honolulu Kirk Caldwell, cette mesure entre en vigueur mercredi et stipule qu'"aucun piéton n'a le droit de traverser une rue ou une voie rapide en regardant un appareil électronique". Il est toutefois encore autorisé de parler au téléphone en traversant, tant qu'on regarde devant et autour de soi.

"C'est une législation phare qui place la barre très haut en matière de sécurité", avait expliqué Brandon Elefante, membre du conseil municipal, cité par le New York Times, au moment de la signature de cette mesure qu'il a initiée.

Hausse alarmante

L'an dernier, près de 6000 piétons ont été tués par des voitures, soit environ 11% de plus qu'en 2015 et 22% de plus qu'en 2014, d'après l'association des gouverneurs d'Etats sur la sécurité des autoroutes (GHSA). C'est également le plus haut niveau d'accidents de piétons en deux décennies.

Une hausse alarmante attribuée par la GHSA à "la distraction", à la fois des automobilistes et des piétons, "due à l'augmentation croissante de l'utilisation des smartphones".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS