Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La Suisse ne pourra pas sans cesse continuer de combler un manque aigu de personnel soignant en recourant à l'immigration. Elle doit absolument former davantage de médecins et l'exercice de la profession doit évoluer vers un travail d'équipe.
La Suisse est partie depuis le printemps à un code de conduite de l'OMS sur le recrutement international du personnel de santé. Celui-ci vise à lutter contre l'effet domino que représente l'engagement de personnel de santé par des pays plus riches, créant la pénurie chez les plus pauvres.
En Suisse, les employeurs, hôpitaux notamment, se disent peu informés sur les effets mondiaux de cette migration, selon une des trois études présentées jeudi à Berne lors de la 12 Journée de travail de la politique nationale de santé. Pour le conseiller fédéral Didier Burkhalter, "nous devons renforcer les efforts déployés en Suisse afin de moins dépendre de l'étranger. Mais il reste pas mal à faire".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS