Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la veille des vacances estivales, la SPA vaudoise veut responsabiliser les propriétaires d'animaux en les invitant à penser à une solution de garde en leur absence (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

A l'approche des vacances, la SPA vaudoise rappelle aux propriétaires d'animaux de penser à une solution de garde durant leur absence. Trop de chiens, chats, rongeurs ou tortues sont déposés dans des refuges ou plus rarement abandonnés.

"Chaque année, c'est le même rituel", regrette Alain Zwygart, administrateur de la Société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA), interrogé vendredi par l'ats. A la veille des vacances estivales, dès fin juin, des propriétaires d'animaux se rendent dans des refuges comme celui de Sainte-Catherine à Lausanne pour y laisser leurs animaux.

Des chiens, des chats, des perruches mais aussi des rongeurs comme des hamsters ou des lapins. "On achète ces rongeurs relativement facilement et malheureusement, certains s'en séparent aussi facilement", poursuit Alain Zwygart.

Se responsabiliser

Face à ce phénomène, la SVPA lance un appel. "Nous souhaiterions que les propriétaires prennent plus de temps en amont pour trouver une solution. Qu'ils se responsabilisent, prévoient les coûts", martèle l'ami des animaux. Car des solutions, il en existe.

Le système d'échanges de bons procédés entre propriétaires est ainsi en plein boom. "C'est un phénomène assez récent", explique Alain Zwygart. Concrètement, une personne prend les animaux d'un tiers en pension lorsque celui-ci est absent puis les rôles s'inversent. Reste que la SVPA invite les maîtres à bien prendre le temps de faire connaissance avec l'autre personne.

Autre possibilité: les pensions, chenils ou chatteries. Certes cela a un coût mais cela peut permettre de libérer les propriétaires. Reste qu'il ne faut plus tarder. C'est le dernier moment, souligne l'organisme.

Pet-sitter

Les propriétaires d'animaux peuvent aussi demander à des proches de passer à leur domicile une à deux fois par jour pour s'occuper de leur animal. "Cela peut fonctionner avec un chat, mais pas avec un chien", insiste Alain Zwygart. Il est aussi possible de recourir aux services d'un "pet-sitter" qui s'occupe des animaux contre rémunération.

Et prendre son animal avec soi? "Pourquoi pas si la destination s'y prête", répond Alain Zwygart. "Maintenant, les voitures sont climatisées et il existe des hôtels qui acceptent les animaux." Aux propriétaires de faire preuve de bon sens et de suivre les recommandations d'usage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS