Toute l'actu en bref

Jean-Luc Mélenchon a attiré la grande foule dimanche sur la Canebière

KEYSTONE/AP/CLAUDE PARIS

(sda-ats)

Jean-Luc Mélenchon a organisé dimanche une nouvelle démonstration de force à Marseille, en présence de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Le candidat de la France insoumise a axé son discours sur la paix. Un thème qui, espère-t-il, le conduira au 2e tour.

"Les rôles devaient être distribués et la France était vouée, paraît-il, à devoir choisir entre deux extrêmes: l'extrême droite condamnant notre peuple multicolore à se haïr lui-même (...) et de l'autre côté l'extrême marchand, sorte de magie noire qui transforme la souffrance, la misère et l'abandon en or et en argent", a lancé Jean-Luc Mélenchon, visant directement dans sa diatribe Marine Le Pen (Front national) et Emmanuel Macron (En Marche!).

"Ca s'entend, ça se sent: la victoire est à portée de nos efforts", a estimé l'eurodéputé, évoquant une "incroyable et magnifique démonstration de force" qui a attiré, selon les organisateurs du meeting, quelque 70'000 personnes sur le Vieux-Port de Marseille. La police n'avait pas encore donné de chiffre officiel dimanche.

La paix comme argument

Galvanisé par sa marche pour une VIe République du 18 mars dernier à Paris et par plusieurs enquêtes d'opinion récentes qui le donnent à un souffle de François Fillon (Les Républicains), Jean-Luc Mélenchon a choisi le thème de la paix pour nourrir sa propre dynamique.

"Il est temps de mettre un terme aux guerres qui ravagent les pays", a déclaré le candidat, en référence notamment à la Syrie. "Dans la confusion, personne ne sait à cette heure qui utilise (les armes chimiques, ndlr). Qui que ce soit, ce sont des criminels et nous voulons qu'ils soient condamnés", a-t-il dit.

"Si vous voulez la paix, ne vous trompez pas de bulletin de vote", a encore lancé le candidat qui souhaite faire sortir la France de l'OTAN et qui exclut à l'avenir une participation de son pays à toute alliance militaire, hors opération de maintien de la paix de l'ONU.

"Châtiment électoral"

Au niveau national, il a fustigé la gestion du dossier des chantiers navals de Saint-Nazaire par le gouvernement socialiste, incapable à ses yeux "de mettre la main à la poche pour acheter les actions qui sont disponibles" et a appelé à infliger un "châtiment électoral exemplaire" pour ceux qui "nous poussent à nous haïr", dans une allusion au FN.

A deux semaines du premier tour, le 23 avril, M. Mélenchon entend accélérer le rythme de la campagne, qui dans les sondages reste dominée par le duo Le Pen-Macron, mais où le candidat de la droite et du centre, François Fillon, semble désormais à sa portée.

M. Mélenchon tiendra encore un meeting le 18 avril à Dijon qui sera doublé, par hologramme, dans six autres villes (Nantes, Nancy, Clermont-Ferrand, Montpellier, Grenoble et Le Port à la Réunion).

ATS

 Toute l'actu en bref