Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération doit permettre de suite l'accueil des requérants d'asile dans ses casernes et logements militaires prêts à l'emploi. Le Grand Conseil argovien prépare une initiative du canton allant dans ce sens.

Les députés ont jugé recevable par 63 voix contre 58 la proposition des Verts. Une commission du Parlement cantonal a trois mois pour formuler un texte.

Les Verts argumentent que les casernes et logements militaires peuvent être utilisés dans les plus brefs délais car ils sont déjà équipés de l'infrastructure nécessaire. De plus, les contrôles effectués dans les centres d'accueil fédéraux permettent de réduire les risques que les requérants disparaissent de la circulation.

Polémique à Bettwil

Une polémique sur les centres de requérants fait rage en Argovie depuis l'annonce que la commune de Bettwil, qui compte 560 habitants, devrait accueillir entre 80 et 100 demandeurs d'asile.

L'accueil de requérants à Bettwil serait limité à six mois, selon les autorités. La commune et la population s'opposent vigoureusement au projet de la Confédération soutenu par le canton.

Susanne Hochuli (Verts), la conseillère d'Etat en charge du dossier, a affirmé mardi que le canton ne donnerait son feu vert que sous certaines conditions. L'Argovie souhaite conclure avec l'Office fédéral des migration (ODM) un accord sur la sécurité, l'encadrement et la limitation dans le temps du centre.

ATS