Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A la peine en 2010, ABB a renoué avec la croissance l'an passé, à la faveur notamment d'un bon dernier trimestre. Affichant un chiffre d'affaires record de 37,99 milliards de dollars, en hausse de 20%, le groupe électrotechnique zurichois a vu son bénéfice net s'envoler de 24% à 3,17 milliards.

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s'est quant à lui accru de 22% par rapport à 2010 à 4,7 milliards de dollars (4,35 milliards de francs), a annoncé le groupe établi à Zurich. Outre la bonne tenue des affaires, l'amélioration de la rentabilité reflète aussi des économies de 1,1 milliard de dollars. Le programme lancé à cet effet a lui coûté 160 millions de dollars.

Quant aux entrées de commandes, elles se sont elles aussi hissées à un niveau record, soit 40,21 milliards de dollars, en hausse de 23%. A fin décembre 2011, le carnet d'ordres se montait à 27,5 milliards de dollars, en progrès de 5%.

Pour mémoire, ABB avait encore souffert en 2010 du repli des commandes essuyé durant la récession, son bénéfice net annuel se contractant alors de 12% au regard de 2009 à 2,56 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires s'était lui replié moins fortement, soit de 1% à 31,59 milliards de dollars.

Demande solide

De manière générale, ABB a tiré profit d'une demande vigoureuse pour les solutions destinées à économiser l'énergie et celles visant à accroître la productivité dans l'industrie. Outre la bonne tenue de ses principaux marchés, à savoir les équipements électriques et les solutions d'automation, ABB a également bénéficié de l'apport des 11 acquisitions opérées l'an passé.

Le spécialiste de l'électrotechnique s'est ainsi notamment emparé du canadien Envitech, des australiens Mincom et Powercorp, du suédois Lorentzen & Wettre, du néerlandais Epyon ainsi que des sociétés suisses Trasfor et Newave Energy. Repris en janvier 2011 pour 4,2 milliards de dollars, le fabricant américain de moteurs électriques Baldor Electric a constitué la plus grosse opération.

ATS